vendredi 28 novembre 2008

L'argent public leur brûle les doigts

Affligeant ! Le dernier Conseil municipal a encore démontré l'incurie de Robert Belliot et de ses acolytes. Mois après mois, Bob le Bafouilleur se révèle un "dépensier" frénétique d'argent public qui ponctue les questions de l'opposition d'un navrant "on ne va pas passer la soirée là-dessus".


"Pornichet. Taudis à détruire sur terrain de 33 m². A saisir : 75.000 €".
"Pornichet. Maison secondaire de 120 m², orientation Nord, directement implantée en bord de voie express, coincée entre des hangars. Prix avantageux : 550.000 €".

Inutile de regarder dans votre journal de petites annonces, ces offres peu alléchantes ont déjà trouvé preneur. Dorénavant, à chaque séance, le Conseil municipal demande au contribuable pornichétin de sortir son chéquier pour permettre au maire de Pornichet de satisfaire sa soif inassouvie d'acheter du foncier. Partout en France, le foncier, voire l'immobilier baisse. A Pornichet, il flambe... uniquement grâce à l'argent public.

Une mairie généreuse avec quelques-uns

Même la presse locale trouve l'attitude des élus pornichétins pour le moins légère. Presse-O. titre même "Immobilier : la mairie a la main généreuse", c'est dire.

Premier exemple, un commerce décrépi de 33m² situé à deux pas du passage à niveau du Guézy. La Ville de Pornichet achète pour 75.000 m², soit près de 2.300 le m², un foncier inutilisable pour construire quoi que se soit. Et comme on ne regarde plus à la dépense à la mairie de Pornichet, on offre au vendeur, avec un fort soupçon l'illégalité, 15m² d'espace public situé un peu plus loin pour satisfaire son souhait d'obtenir une place de stationnement privative.
Seul justificatif apporté par l'adjoint à l'urbanisme, la possibilité de faire un raccourci de 30m passage pour se rendre dans ce qui pourrait être une maison de quartier. Au fait, combien elle coûterait cette maison de quartier ? Pas de réponse naturellement si ce n'est le nouveau slogan de Robert Belliot : "On ne va pas passer la soirée là-dessus". Eh Robert, le débat c'est cela la démocratie !

Deuxième exemple, une maison secondaire située le long de la voie express acquise pour le prix pharaonique de 550.000 €. Et hop, un petit caprice et 20% de la capacité d'autofinancement de la commune par en fumée.
Mais pourquoi faire ? Du logement social, des pavillons, plaisir au propriétaire ? Comme d'habitude, l'opposition est renvoyée dans les cordes au cri du désormais célèbre "on ne va pas passer la soirée là-dessus". Eh Robert, savoir où passe l'argent public c'est aussi cela la démocratie.

Troisième exemple, la cession par la commune d'une parcelle viabilisée dans le quartier de Sainte-Marguerite au prix 19.550 €. La ville vend un foncier de 172 m² à Saint-Marguerite pour 113 € le m² mais achète près du passage à niveau un foncier grevé d'une masure à détruire pour 2.300 € le m², comprenne qui pourra.
En fait, en spoliant la commune avec cette cession avenue des Cupressus, Robert Belliot tient une double promesse électorale : accepter de vendre ce foncier à des riverains, ce que Roland Allaire, l'ancien adjoint à l'urbanisme refusait mordicus, et surtout éviter que la commune mène une politique d'acquisitions des parcelles non bâties environnantes pour réaliser du logement social sur les 2500 m² de foncier potentiel. Classe Robert, classe, mais "on ne va pas passer la soirée là-dessus" ! Dommage pour la démocratie.

La grande cavalerie

Avec le Bob le Bafouilleur, on allait voir ce que l'on allait voir côté finances publiques. Il promettait un audit, il ne tient pas parole de peur de se retrouver dans le rôle de l'arroseur arrosé, au regard du caractère très sain des finances communales après 13 ans de mandant de Jacques Lambert. Il voulait gérer sérieusement les finances communales, il commence par faire un chèque à La Baule pour renflouer l'aérodrome et se couche devant Total pour assurer ses fins de mois à la tête de la commune.

Mais, cette fois-ci, l'inénarrable Robert Belliot innove en se lançant sabre au clair dans un bel exercice de cavalerie. Nulle référence à l'hippodrome de Pornichet (quoi que...), mais plutôt une pratique financière qui consiste à dépenser de l'argent que la commune n'a pas. Cela s'appelle un budget insincère et on peut craindre pour le budget 2009, le premier élaboré par la nouvelle majorité UMP.

Naturellement, "on ne va pas passer la soirée là-dessus" et comme Bob le Bafouilleur veut se coucher tôt, laissons le dormir. Seul problème, il est à présent certain que le réveil des Pornichétins sera particulièrement douloureux.

Album powered by ComBoost - Voir diaporamas : pleine page - grand ecran

6 commentaires:

rlb a dit…

Là je pense que Pornichet va faire un bond dans les médias, si tous les Pornichétins écrivaient à Combien Ca Coûte pour demander:
"Combien le M² à Pornichet pour un taudis ?"

A vos plumes et clavier pour inonder Mr Pernaud et ses collaborateurs de courriers et e.mails.

Information a dit…

Pour faire bref, je ne reprendrais que le deuxieme cas cité qui est incomplet.

Tout d'abord le mot "secondaire" est incongru et la surface du terrain est de 2000m2.

Nous avons donc une maison de 120 m2 en entrée de ville avec grand terrain dans une zone a fort potentiel de développement (apres la crise, j'en conviens)

Si l'on reste sur le prix de 113 euros le m2, nous avons donc environs un terrain a un prix de marché de 220 000€
La maison ayant 120 m2 est donc achetée à 2750 € le m2.

2750 € le m2 sur Pornichet, il s'agit d'une tres bonne operation, n'en déplaise.

RLB a dit…

A information

Est-ce pour faire bref, ou est-ce parce que le cas du taudis est indéfendable ?

Et en ce qui concerne la maison de 120M², si c'est pour la raser parce que comme vous le dite "avec grand terrain dans une zone a fort potentiel de développement " Dans ce cas il faut:
1) ajouter le coût de destruction.
2) connaître avant de dire quoi que ce soit la destination finale. Hors Mr. Belliot et son équipe sont plus que muet, sauf au travers de pseudo sur les blogs.
Mais on est pas élu de la MAJORITE pour s'exprimer sur les blogs mais bien au conseil.
Quand on a le pouvoir on en est fier et on revendique et explique sa politique et ses choix.

Information a dit…

Tout d'abord, je ne suis pas élu du conseil municipal.
Merci d'éviter les déductions hatives et infondées, le débat n'en sera que plus constructif.
Ensuite, je ne connais pas les deux autres cas ni la destination de l'achat de cette maison. Il s'avere seulement qu'avec un simple calcul, cette residence est un tres bon investissement.

rlb a dit…

RESIDENCE !!!!

Vous plaisantez mon cher Information, du moins je l'espère.

Mais comme le dit la pub: " Nous n'avons sans doute pas les mêmes valeurs".

Enfin, si j'étais agent immobilier je me réjouirai qu' à + de 2200 euros on trouve encore des clients pour des taudis.
Par contre , j'aimerai pas être propriétaire de terrain qui lui ne se vend que 113 euros du M², du moins tant que c'est la mairie qui brade.

marion a dit…

Nous travaillons pour une émission tv axée sur l'économie et les dysfonctionnements liés à l'argent public dont vous parlez ici nous intéressent.
Auriez-vous la gentillesse de m'appeler au 01 40 53 45 57 de manière à me donner plus de détails sur l'affaire en question.
Merci d'avance,
Marion