vendredi 7 novembre 2008

Pornichet, ta diversité fout le camp

Pathétique et inquiétante soirée que celle vécue mardi soir par la grosse centaine de Pornichétins présents à Quai des Arts à l'occasion de la première réunion sur le PLU (Plan Local d'Urbanisme). Entre une absence de maîtrise du sujet par le maire, Robert Belliot, et une approche passéiste, Pornichet se prépare des années décidément bien sombres.

Avec Robert Belliot, Pornichet se résume à deux quartiers dignes d'intérêt : Mazy et Sainte-Marguerite, et une époque, celle antérieure à la seconde guerre mondiale. Au fil d'un exposé long, fastidieux et sans apport majeur pour toute personne s'intéressant un tant soit peu à Pornichet, ce premier rendez-vous pour l'élaboration du futur PLU a donné dans le pathétique d'autant que l'imprévoyance (ou le choix tactique ?) de la municipalité n'a pas permis au public de suivre les divers cartes présentées, faute de disposer d'un outil de projection adapté à l'envergure de la salle de Quai des Arts.

Pornichet en mode sépia

Cette soirée a clairement mis en lumière sépia la commande faite par la municipalité Belliot à l'Atelier du Canal, ce groupement d'architectes et d'urbanistes rennais : regardez Pornichet dans une vision uniquement patrimoniale et niez tout ce qui s'est fait depuis un demi-siècle, y compris, du reste, le patrimoine balnéaire hérité de l'époque "moderniste" des années 1950.

Ces "travaux préparatoires à la révision du PLU" ont surtout consisté à nier le Pornichet du dernier demi-siècle. Étonnant tout de même de partir du cadastre de 1951 pour préparer le diagnostic nécessaire au Pornichet de demain.

Inquiétant le fait que l'analyse se fasse uniquement à l'échelle de la parcelle.

Doit-on comprendre que l'avenir de Pornichet se résume à une architecture pastiche de celle des années 1900/1930 sur des terrains de 1.000 m² ?
Doit-on comprendre que le Pornichétin de demain devra avoir les moyens financiers et le mode de vie des bourgeois qui vivaient deux mois par an dans leur résidence secondaire au début du XXème siècle ?
Doit-on comprendre que Pornichet n'est pas une ville balnéaire mais une accumulation de parcelles ?
Doit-on comprendre que la diversité architecturale spécifique des villes balnéaires va disparaître pour les constructions contemporaines sous couvert d'une architecture-référence ?
Doit-on comprendre que les surcoûts d'une architecture pastiche officielle sur de grandes parcelles visent à réserver Pornichet à quelques privilégiés ?
Doit on comprendre qu'il ne sera plus possible de faire évoluer les habitations actuelles ?
Doit-on comprendre qu'il sera impossible d'utiliser les nouveaux matériaux de façade imposés par les normes du Grenelle de l'environnement ou d'installer des panneaux solaires de toiture ?

Tout au long de cette soirée, le manque d'ouverture d'esprit des nouveaux élus et leur incapacité à comprendre ce qu'est une valorisation dynamique du patrimoine local ont été criant. Pour donner corps à leur dénonciation systématique de l'époque contemporaine, ils n'ont pas hésité à tenir des propos alarmistes sur la disparition du couvert végétal alors que des photos aériennes prouvaient au contraire que jamais ce dernier n'avait été aussi riche à Pornichet qu'aujourd'hui.

Des impasses inquiétantes

Le diagnostic, étape majeure de conception d'un PLU, a oublié les aspects sociaux, démographiques, économiques, touristiques qui font la réalité actuelle de Pornichet. Faute de parvenir à élaborer une vision cohérente de l'avenir, Robert Belliot cherche à tout prix à s'accrocher à un passé mythifier de Pornichet, celui d'une station balnéaire cossue composée de 3 ou 4.000 habitants.

Il est pour le moins inquiétant d'assister à l'élaboration du PLU de Pornichet sans jamais voir de référence au Schéma de Cohérence Territoriale de la métropole Nantes – Saint-Nazaire (Scot) ni au Schéma de secteur de la CARENE, deux documents majeurs qui s'imposent au PLU de Pornichet. Pornichet n'est pas une comme hors sol, elle fait partie d'une communauté de destin d'un vaste territoire qui ne se limite pas à Mazy ou Sainte-Marguerite.

Absence de projection dans l'avenir, absence d'une ambition pour Pornichet à l'échelle de son bassin de vie, absence de projet cohérent pour la commune... les insuffisances de Bob le bafouilleur sont encore criantes et le costume de maire beaucoup trop grand pour lui.

Nous reviendrons très prochainement sur cet aspect.

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Concernant le manque de référence au SCOT les responsabilités sont partagées. Il y a des moments où nos politiciens marchent à côté de leurs pompes ; par exemple quand le SCOT considère que Pornichet est la plage de son territoire. Pourquoi est-ce que les nantais viendraient à Pornichet plutôt qu’à La Baule ou Pornic ?

Conseil de quartier a dit…

Avec la remarque de "anonyme du 7/11" , vous allez devoir faire de la pédagogie sur le SCOT et autre plan directeur.
Sérieusement, anonyme, vous envisagez que Pornichet ne soit la Plage uniquement que des Pornichétins ?
A l'époque de la mondialisation, tant souhaitée par l' UMP, (à laquelle appartient notre maire), vous voudriez mettre des barrières douanières sur la N171?

La soirée (je ne vois pas d'autre qualificatif) dont vous parlez Le Poulpe est on ne saurait mieux faire , la démonstration de ce qu'est l'équipe en place: Monologues, avis "d'experts" , circulez y'a rien à voir. Même pas de parité dans l'expression, c'est dire le retour en arrière auquel nous assistons.
Hier au soir, idem lors de la première réunion sur les conseils de quartiers, ce fut affligeant. Mr. Morand, a eu beau prendre toutes les précautions verbales, pour faire croire à une démocratie participative, il ne pouvait s'empêcher de rappeller que les élus (les vrais) auraient le dernier mot.
Que les conseils de quartier de devaient pas être une arène politque( "on ne veut que des habitants !" ce sont ses mots! Et donc qu'on refusait celles et ceux qui avaient participés à la dernière campagne, mais dans le même temps il y fait rentrer Mr. Delcamp.
Et dans la liste des "nominés" figurait celui de Mr Contival, dont on sait que sa fille est dans le conseil !
Qu'environ 100 personnes par quartier ont postulé. Mais il n'y avait qu'environ 30 nominés. Que sont devenus les autres ?
Le tri à été fait dans la plus grande transparence...entre 2 ou 3 élus. ces derniers , en plus de l'écrémage "politique" , on donc procédé à l'élimination de plus de 50 postulants,s ur quels critéres ?
Mystère.
Mais qu'on se rassure, une charte va être co-signée par les heureux élus, Mr Le Maire, et Mr. Morand, excusez du peu, et puis validation par le conseil municipal, on fait pas les choses à moitié, on est des démocrates.

Je serai pas surpris qu'ils se fassent plus d'opposants que de copains avec cette façon de faire.
Pour quelque chose qui aurait pu être une bonne idée!

Pornichet Le Poulpe a dit…

Pour faire suite à la judicieuse remarque de "conseil de quartier", nous avons mis dans la rubrique "nos liens préférés" le lien pour permettre à chacun de mieux comprendre l'importance de cet outil de planification du territoire qu'est le Scot Nantes - Saint-Nazaire.

Par la même occasion, nous avons aussi mis le lien de l'agence d'urbanisme de Saint-Nazaire / La Baule qui produit pas mal d'analyses sur le secteur.

Sinus a dit…

Merci pour le lien sur l'agence d'urbanisme.
Allez sur le site (onglet projets urbains) et vous verrez un bon échantillon de toutes les laideurs architecturales initiées par cette agence.
De l'architecture moderne pourquoi pas mais tous ces cubes tristes aux couleurs ternes ou violentes défigurent notre région.
Qui aime ces deus tours sinistres en cours de construction près de la gare?
Des architectes de talents existent, allez voir certaines de leurs réalisations audacieuses à Dubaï, Chicago, Moscou...

conseil de quartier a dit…

Sinus,

Dubaï,Moscou, Chicago ....
1) Vos références ne sont pas accessibles à tout le monde. Des photos sur internet pour se bâtir un réel avis, permettez-moi d'en douter.
2) Tout cela n'est qu'une affaire de goût, et comme on le sait, tous les goûts sont dans la nature.
3) Au moins vous ne niez pas le fait d'un réel besoin d'urbanisation, on se rejoint, mais Mr Belliot, lui ?
Parce qu'un parc paysager à 25 millions d'euros, même à Dubaï, Chicago ou Peterouchnok ça fait cher.

sinus a dit…

Con.. de Q...
Oui, si ce n'est pas sur place, internet permet d'avoir une bonne idée des oeuvres architecturales et faire la part des choses entre médiocrité, laideur et audace, génie, élégance.
Mais celà ne se résume pas malheureusement à une histoire de gout; on peut ne pas aimer et reconnaitre le talent; ce qui n'est pas le cas avec ce qui est fait à St Nazaire (gare, petit-maroc, ruban bleu...)
J'attends donc aussi de voir des architectes talentueux retenus pour de futures réalisations à Pornichet; idem pour le parc paysager, mais qui a dit qu'il couterait 25M? C'est semble t'il une estimation exagérée de l'opposition.
Pour ma part je préfère un aménagement portuaire financé par de promoteurs sur la base d'une concession de service public, qui nre couterait pas grand chose aux pornichétins.
De l'audace, de l'audace...

Conseil de quartier a dit…

Minus, oups ! pardon Sinus

Arrêtons là le débat, on s'éloigne trop du factuel, pour s'engager sur le philosphique.
Désolé ce n'est pas le lieu, en ces temps de gouvernance ou d'ingouvernance de la part de Belliot, il nous faut nous concentrer sur l'essentiel. Que le montant du parc soit discutable ,cela sera vrai tant qu'il ne sera pas pas fini. Moi ce que je souhaite c'est qu'il ne démarre jamais.

Pornichet Le Poulpe a dit…

Les questions d'architecture reviennent régulièrement en se limitant la plupart du temps à l'enveloppe des bâtiments, ce qui est une conception très réduite de l'architecture.
Aussi, l'équipe du Poulpe va préparer divers articles sur le sujet de l'architecture contemporaine. Cela pourrait inciter certains à s'ouvrir sur autre chose que l'architecture pastiche qui menace dangereusement Pornichet.

nouvelObs a dit…

Bien, mais ne deviez-vous pas ouvrir un dossier sur le plan de circulation?

Allez-vous vous le faire, c'est pas facile au travers d'un seul blog.

Pornichet Le Poulpe a dit…

Cher nouvelobs, nous avons bien l'intention de faire un "Point" "Express" sur la question de la circulation, mais un peu de patience.
Pour le moment, Robert Belliot nous offre tellement d'actualité brûlante que nous n'avons pas encore eu le temps de vous concocter une série d'articles sur la question du déplacement à Pornichet.