vendredi 29 janvier 2010

Social Killer 2

Au Nord c'était les corons, à Pornichet c'était la réaction ! Incroyable séance du Conseil communautaire de la Carene mardi dernier avec un Robert Belliot dans les cordes qui prouve une nouvelle fois, en évoquant la question du logement social, qu'il est bien le néo-con(servateur) que nous dénonçons à longueur d'articles.

Après avoir vomi ses réflexions atrabilaires contre le logement social dans le nauséeux gratuit La Baule + de décembre dernier, Robert Belliot a eu droit à des vœux musclés de la part de David Samzun, vice-président de la Carene en charge de l'habitat. Ce dernier n'avait pas digéré les scandaleux propos de notre cher édile.

Vive les maîtres de forges !

Le jeune élu nazairien a cherché à mettre notre Social Killer de maire devant ses responsabilités. Il a rappelé que seule la commune de Pornichet, dans toute la Loire-Atlantique, n'avait pas signé le Plan de progrès proposé par l'Etat pour accélérer la production locale de logements sociaux, alors même que 300 demandeurs sont en attente de logement. Il a, dans la même veine, dénoncé le cynisme et l'immoralité de Robert Belliot qui demande en fait à la Carene de loger les ouvriers et employés de l'industrie touristique pornichétine qu'il se refuse à loger dans sa commune.

Incapable, comme à l'accoutumée, de faire front avec autre chose que des phrases toutes faites et maintes fois rabâchées, le pathétique maire de Pornichet a fini par déraper en laissant percer le fond de sa pensée. Il a ainsi expliqué, comme Ouest-France l'a indiqué, que "s'il avait été aux affaires au début du dossier du Château des Tourelles, nous aurions obligé les créateurs d'emplois à construire des logements sociaux". Quel formidable double aveu...

Premier aveu, soit la parole de notre maire ne vaut rien, soit notre maire ne vaut rien. En effet, comment peut-on dire une chose pareille lorsque dans le même temps Robert Belliot pleure auprès de la Carene et de la Région des Pays-de-la-Loire pour aider l'investisseur des Tourelles à boucler son tour de table financier ? S'il ne parvient déjà pas à financer son projet d'hôtel-thalasso comment aurait-il pu construire en plus des logements ? Comment peut-on énoncer une énormité pareille lorsqu'aucune loi ni règlement ne permet une telle obligation d'autant que tout employeur cotise au 1% patronal, justement pour soutenir la politique de logement des salariés.

Second aveu et probablement le plus édifiant sur le néo-conservatisme intrinsèque de Robert Belliot, son souhait d'assujettir le logement à l'emploi. En homme de progrès, notre Social Killer se voit l'âme des grands patrons paternalistes de la seconde moitié du XIXème siècle qui muselaient leurs ouvriers en conditionnant l'obtention d'un toit à une docilité dans l'entreprise. Avec Robert Belliot, un siècle de conquête ouvrière, d'avancée sociale est balayée d'un seul coup. Robert Belliot, une certaine idée du progrès !

L'inculture chronique du maire de Pornichet lui fait oublier jusqu'à l'héritage du Conseil national de la Résistance qui, via diverses lois, permit dans les années 1940 et 1950 de dissocier le contrat de travail de l'occupation des habitations. La naissance puis la généralisation du 1% patronal pour le logement permettent, depuis, de soutenir l'effort de construction en faveur des travailleurs modestes.

Menteur à répétition

Comme à chaque fois qu'il est attaqué sur sa volonté implicite de ne pas construire de logement social, Robert Belliot sort de sa besace sa démagogie la plus crasseuse en ressassant tel un perroquet "Lambert n'a rien fait pour le logement social " !

Cet argumentaire devient de moins en moins supportable au fil des mois d'une gestion municipale calamiteuse et pratiquant ostensiblement une politique de classe. Pour mémoire, l'action de Jacques Lambert et de ses élus au service du logement social s'est organisée autour de deux axes : produire du logement social sur les fonciers disponibles et adaptés d'un côté, et acquérir du foncier pour organiser des ilots d'habitat conciliant programmes privés et opérations sociales de l'autre.

En 15 ans, plus de 100 logements sociaux ou équivalents sont sortis de terre dans divers quartiers de Pornichet (Flammarion et Victor Hugo en centre-ville, pavillons d'Ermur et Redonnées dans les villages, Flaubert à Bonne-Source et d'autres opérations à l'Ile Pré, aux Loriettes...). C'est significatif mais évidemment pas suffisant. Heureusement, un tiers du budget communal d'investissement était, dans le même temps, destiné à des acquisitions foncières. Aussi, en arrivant aux affaires Robert Belliot disposait d'un formidable trésor de guerre pour sortir une quarantaine de logements sociaux par an.

Sauf qu'entre un PLU démagogique et réactionnaire qui assimile des immeubles de 4 étages à des tours ou des barres pour finalement les limiter à 2 étages ou qui bloque de fait les opérations sociales dans les quartiers, des décisions à l'emporte pièce qui consacrent le site 8 mai / Gambetta à des parkings alors que 80 logements sociaux y étaient prévus, qui vendent à un promoteur le site des serres plutôt que d'y réaliser la petite dizaine de logements sociaux prévue... il est bien difficile de produire du logement social. Le PLU Belliot / Prosimar est un outil de gestion du droit des sols protégeant les plus aisés et rejetant les plus modestes.

Dans une ville dont les salariés œuvrent principalement dans des secteurs à bas salaires (tourisme, commerce, services à la personne...), à horaires atypiques et à temps non complet imposé par l'employeur, le besoin en logement social demeure un enjeu majeur. Qui peut croire qu'une main d'œuvre qualifiée mais mal payée fera des dizaines de kilomètres pour venir travailler à Pornichet ?

Avec de telles orientations à courte vue et en refusant, contrairement à La Baule ou Guérande le logement social, Bob le fossoyeur condamne Pornichet. Plus qu'un social killer, Belliot est bien le Pornichet Killer !



15 commentaires:

Zan le Naz a dit…

Bonjour

Je crois que vous faites une grave erreur en traitant Belliot de néo-con.
Comme le dit la chanson, "quand on est con, on est con".
Il est donc peu probable à mon avis que votre Maire soit devenu con dans une période récente.
Il cultive probablement sa connerie depuis sa naissance et nous n'en admirons les fruits que maintenant.

Pour ce qui est du conseil communautaire que vous narrez ici, j'y ai assisté. Ce qui m'a fait le plus marrer a été l'attitude de votre pas-néo-con face aux attaques de Sanzun. Le Maire de Pornichet ne savait pas répondre et semblait surpris. Il bredouillait comme un gosse qui vient de faire popo dans sa culotte et qui n'ose pas bouger de peur d'étaler sa crasse partout. Aucune répartie. Je me demande s'il est capable d'aligner deux pensées à la suite. C'est peut-être un défi à lui lancer non ?

Votre voisin.

AC a dit…

Et une camera en plus et une...

A priori les travaux sur le site même de la mairie, cache l'installation d'une caméra supplémentaire.
Pas étonnant que Bob est besoin de liquidités, pour se payer ses couteux gadgets. Décidemment Pornichet est en train de devenir un panier de vieux crabes.Mais comme chacun le sait, le poulpe est le prédateur naturel des crabes, alors on compte sur vous.

Paquebot a dit…

Elue communautaire, je veux témoigner de l'incrédulité de tous (sauf ceux de Pornichet - quoique) les conseillers communautaires de tous bords politiques quand ils entendent bredouiller quelques mots par votre maire: à contretemps, hors-sujet, au "ras des paquerettes"... Il faut être au pot d'après conseil et entendre les commentaires, même pas agressifs mais ébahis.
Ses difficultés d'élocution seraient vite effacées s'il y avait du sens, de la hauteur de vue, du recul, de l'argumentation..;rien de tout cela. JAMAIS.
Alors on attend en vain. C'est le seul lieu où on pourrait connaître ses objectifs puisqu'il ne vient JAMAIS aux commissions communautaires oùu tout se discute, s'argumente, se défend. Cette désertion est peut-être l'aveu d'une incapacité à exprimer des idées?
Sans parler de l'appartenance politique, cela nous change des capacités qu'a toulours montré votre ancien maire. Bon courage aux Pornichétins.

Anonyme a dit…

Le soir du conseil communautaire, j'étais dans le public.
J'ai voté Belliot. Je vous avoue aujourd'hui mon regret.
il est en permanence dans la démagogie, et je croie qu'il n'a pas le niveau, tout simplement.
Samzun avait prévenu de son ras le bol dans l'echo de la presqu'île, il était donc prévenu. On aurait dit un petit garçon avec des phrases :
"oui je vais faire 30 % de logements sociaux" où le social on l'a où pas 3".. La honte pour Pornichet, pour l'UMP et pour MOI !

zorbec le gras a dit…

De Pornichet à …..Mornichet. Ces témoignages font du bien à lire. Il est tout de même assez rare de faire une telle unanimité. Ce n’est que justice mais dans cette aventure c’est quand même l’image de la ville qui est atteinte, son avenir compromis. Dur d’être la risée des autres communes et ça n’est pas fini. Car si on réfléchit au sujet du logement social un tant soit peu, on voit tout de suite que le maître forgeron et ses enclumes résonnantes (je n’ai pas dit raisonnantes ce serait tout à fait inespéré) ont décidé de faire la peau à toute velléité de logement social. Il ne sera pas surprenant de les voir dans les prochains mois de continuer à larguer du foncier vers le privé pour éponger les dettes et par la même occasion assécher le potentiel de constructions à caractère social pour répondre au besoin et aux exigences de la loi.
Continuons comme cela et Pornichet deviendra un chic mouroir, le forgeron et ses enclumes auront rempli leur triste mission, et respecté la feuille de route d’associations bienveillantes et dégoulinantes de bien pensance. Ne restera plus alors qu’à changer les panneaux d’entrée de ville devenue Mornichet.
Je suis l’alpha et l’oméga dit le seigneur Dieu (Apocaypse 1 :8) Nous ici on en est pas là on a seulement le bêta…….

Dixi a dit…

Bêta que l'UMP, dans toute sa conception de l'intérêt général et sa notion de ce que veut dire compétence, vient de renouveler sa confiance au fossoyeur de Pornichet et ...l'inscrire dans sa liste UMP44 pour les Régionales !Heureusement, quel que soit le résultat on sait déjà qu'il prendra, comme il le fait à la Carene, le titre et l'indemnité sans jamais siéger aux commissions.

mcf a dit…

Je suis surprise de voir R Bélliot adoubé par l'UMP, sans que les adhérents aient été consultés et semble t'il sans que les instances régionales aient pu réaliser à quel point l'incompétence de ce type est avérée.
Un tel tocard sur une liste d'un parti comme l'ump est incompréhensible.
Pornichet puis La Carène a découvert ses frasques et ses propos incohérents, c'est maintenant au niveau régional qu'il va se faire une réputation.
En tout cas je suis déçue par l'UMP qui manifestement ne se montre pas sérieux dans la sélection de ses candidats.

Anonyme a dit…

Il est absolument faux que Belliot ne siège pas aux commissions de la Carene dont il fait partie.
Mais comme c'est incontrôlable, c'est une accusation facile.

On peut aussi dire que l'opposition pornichétine ne siège pas non plus aux commissions municipales où ils sont censés participer. Ce qui est largement vrai si l'on suit attentivement les conseils municipaux. Il est vrai qu'ils ont toujours de bonnes excuses : pas reçu la convoc, pas les bonnes heures et autres trucs bidon.

Anonyme a dit…

"Toute la droite réunie pour la régionale !?" http://jeanlouisgarnier.fr/
On parle de notre Maire.....
C'est à lire.....
Même l'UMP Nazairienne a tout compris!!

Pornichet Le Poulpe a dit…

L'anonyme fan de not' bon maire devrait faire attention avant d'écrire que son maire adoré ne siège pas aux commissions de la CARENE. En effet, chaque citoyen doit pouvoir se faire communiquer la liste des présents aux séances des commissions de la CARENE et là, évidemment, le Roi sera nu...
Quant aux élus d'opposition, s'ils n'assistent pas à toutes les commissions municipales, la faiblesse de leur niveau, le caractère fantaisiste des horaires (comme du reste ceux des séances du Conseil municipal) et le fait que plusieurs élus sont des actifs constituent des explications autrement plus convaincantes.

mon tout petit ami a dit…

je vous conseille une petite visite sur le site de pornichet infos (http://www.pornichet-infos.fr/) qui relate avec délice les affres de notre maire dans une réunion UMP de la 8ème circonscrition. Nous voici revenu au temps des bagarres dans les bals du samedi soir. Pour un homme adepte de la sécurité, cela en jette.
A chaque jour une péripétie. Hier, on apprenait sa présence sur la liste des régionales. il me semblait l'avoir entendu attaquer Lambert pendant la campagne en affirmant que ce dernier ne s'était pas bien occupé de sa ville du temps de son mandat au Conseil Régional. la classe je vous dis...

Le Mur a dit…

A propos du dernier commentaire "Anonyme", qui dit que "même l'UMP nazairienne a tout compris" de la soi-disant incompétence de M. Belliot, il faut préciser que Jean-Louis Garnier n'est pas l'UMP nazairienne à lui tout seul ! On peut même dire qu'il n'est plus l'UMP nazairienne, l'ayant abaissée et désonorée. Les articles de son blog n'engagent que lui et surtout pas l'UMP !

Le Mur mure a dit…

D'autant plus que si vous laissez traiter RB de "con" dans les commentaires de votre blog, on se demande quel qualificatif pourrait être attribué à Garnier quand on a eu le douteux privilège d'une conversation avec lui...

En Avant a dit…

Hé! Mur ( ou mûre ?)

A "désonorée" il faut un H.
Mais c'est vrai qu'à droite, vous n'aimez pas le H et encore moins l'honneur.

M. Belliot est sans doute sur les listes parcequ'il faut bien la remplir . Et trouver 33 personnes c'est pas facile, surtout en ces temps ou apparaître comme le soutien de Sarko, il faut oser.

Cette campagne va lui rappeller des souvenirs, puisqu'il (M. Belliot) va faire face de nouveau à Mme Gallerneau, qui elle, est en position éligible !

Cette campagne des régionales prend une toute autre allure avec ce " troisième tour" Pornichétin.
Allez le Poulpe , les ennemis de vos ennemis sont vos amis. Soutenez Mme Gallerneau, au moins sur Pornichet, c'est peut-être une chance pour Pornichet.

Que de murmures a dit…

Manifestement à l'UMP c'est la cour d'école et on joue à "t'es plus mon copain" ou à "c'est celui qui dit qui est".... C'est Belliot le plus bête...non c'est Garnier.
Alors un problème se pose à tout l'UMP: quel va être l'étalon de la mesure de bêtise ? A qui attribuer l'Oscar ? une chose est sûre il y en un qui fait moins de dégats que l'autre: il n'est pas maire.