mercredi 20 janvier 2010

Bérézina budgétaire

18 mois et déjà la grande Armée belliotiste est en déroute. Discrètement caché dans l'anonymat de la liste des arrêtés municipaux, Robert Belliot a signé un prêt de 5 M€. Sans stratégie autre que la démagogie, le petit Caporal de l'UMP finance son irresponsabilité à crédit. Et ce n'est qu'un début !

Si en 13 ans , Jacques Lambert, le prédécesseur de Robert Belliot, a largement doté la commune en équipements et services à la population, il a su le faire au prix d'une sévère maitrise budgétaire au point que l'encours de la dette, en 2008, était de 3 M€ moins élevé qu'en 1995. La rigueur budgétaire socialiste a eu un coût électoral que Robert Belliot a parfaitement compris. Résultat : Super Bobby ouvre les vannes, dépense sans compter et recourt discrètement à l'emprunt plutôt que d'augmenter, à la vue de tous, les impôts locaux.

Fins de mois difficiles

La rumeur a enflé dans les services municipaux, "le maire a des difficultés pour payer les salaires de décembre". Ce qui n'était, pensait-on, qu'un bruit s'est rapidement avéré une réalité : Pornichet n'arrive plus à boucler ses fins de mois ! En 18 mois, Robert Belliot a dilapidé l'argent communal au point de devoir, en urgence, le 18 décembre dernier, ouvrir une ligne de trésorerie d'1,5 M€ auprès de Dexia Crédit Local de France.

A l'époque du socialiste Lambert, comme l'atteste un site spécialisé en finances locales, la capacité d'autofinancement de la commune oscillait chaque année entre 3 et 4 M€. Avec l'irresponsabilité dépensière de Robert Belliot, la situation s'est brusquement dégradée. Dès le budget 2009, la cigale UMP devait se résoudre à une capacité d'autofinancement très dégradée, de l'ordre d'1 M€. Évidemment, avec une couverture aussi peu épaisse, il est difficile de rester au chaud et de payer ses charges fixes.

Le pompier Devedjian est venu temporairement éteindre le brasier budgétaire en l'arrosant, sous prétexte de Plan de Relance sarkozien, de liquidités, sous forme d'avances sur des recettes que la commune de Pornichet aurait du recevoir, en 2010, au titre de la TVA. En comptabilité, ce type de pratique s'appelle de la cavalerie et le hussard Belliot devra rapidement nettoyer ses Ecuries d'Augias.

Lors de l'examen du budget 2009, l'opposition n'avait eu de cesse, malgré la morgue de Bobby, de dénoncer un "budget insincère" qui sous-évaluait les dépenses et majorait les recettes. Quelques mois plus tard, les faits sont têtus et les finances communales dans le rouge.

Iéna au secours !

Par arrêté municipal n°159, le Premier Consul de Pornichet a souscrit, en décembre dernier, un emprunt de 5 M€ (prophétiquement ?) appelé, avec l'humour cher à nos banquiers, Iéna Modulable. D'un seul coup d'un seul, avec cet emprunt, l'encours de la dette de la commune explose de 55% et, pendant 16 ans, les Pornichétins devront rembourser les frasques belliotistes.

Plus inquiétant encore est la forme de cet emprunt et son contexte.

Alors que la crise financière a mise en exergue les prêts toxiques pratiqués par divers organismes bancaires, le libellé pour le moins abscons des modalités de cet emprunt, composé de deux tranches d'un égal montant, ne manque pas d'inquiéter. Les spectateurs du dernier Conseil municipal n'ont pas été rassurés par l'incapacité de la majorité municipale, à expliquer, malgré les questions de l'opposition, les garanties prises par la commune. Fine mouche, le Crédit Agricole, qui propose cet emprunt, a inscrit dans son contrat que "la Commune de Pornichet garde l'entière responsabilité de ses choix et des conséquences des options effectuées", une élégante manière d'annoncer des jours sombres pour les contribuables pornichétins.

L'inquiétude des spécialistes des finances publiques est grande devant la fuite en avant budgétaire de la commune de Pornichet. Alors qu'elle a eu droit en 2009 aux avances gouvernementales sur la TVA et aux immoraux subsides de Total, et qu'elle n'a pas encore payé les actuels travaux hydrauliques, ses finances sont déjà dans le rouge. Ce premier emprunt, dit Belliot-Peneau 1, en référence au maire et au très oubliable subdélégué au contrôle (sic) de gestion, annonce un Belliot-Peneau 2 pour financer l'hippodrome et un Belliot-Peneau 3 pour payer le superfétatoire parc paysager et le boulevard de Saint-Nazaire.

Il faut souhaiter que les travaux croulent sous les retards pour arrêter ce train fou par la grâce des municipales 2014, faute de quoi, des générations de Pornichétins se souviendront, chaque année, du terrible mandat Belliot, en lisant leur avis d'imposition sur la taxe d'habitation et sur les taxes foncières.

Le Maréchal Belliot et ses artilleurs aux petits pieds campent sur leur Aventin de suffisance, sourds et aveugles aux signes avants-coureurs d'une débâcle annoncée. A court terme, ils masquent leur incurie en recourant le plus discrètement possible à de lourds emprunts. Ils oublient juste que, si après Iéna, il y a bien eu Wagram, ensuite ce fut Eylau, Leipzig et Waterloo...


14 commentaires:

Anonyme a dit…

Mais pourquoi on ne manifeste pas pour virer cet incapable et son équipe qui le suit bêtement

Anonyme a dit…

pour répondre au premier message, il n'y a pas de meneur qui ait les couilles (pardon) de rassembler les pornichétins.
tout le monde attends l'opportunité de virer belliot (soit les prochaines municipales).
Entre nous les élus actuels devraient se cacher. quand ils seront partis de cette mairie, ils ne pourront plus sortir dans pornichet sans être pris à partis.
je voudrais féliciter le poulpe pour ses sources qui sont toujours très fidèles à la vérité et je serais curieux de savoir comment il fait. a t'il des micros dans le bureau du maire?
En attendant, le navire prends l'eau de partout et ces lieutenants vont bientôt s'entretuer pour sauver leur peau.
je félicite aussi les pornichétins qui ont réussi à avoir à rembourser un prêt pour 16 ans.
moi, avec mon banquier pour seulement une maison, je n'ai pas reussi à l'avoir.je n'avais pas 10000 cossionneurs.

Anonyme a dit…

bonjour, vos sources sont elles sures ,car il ne suffit pas de balancer ,les Pornichétins ont le droit d'être au courant ,mais qui a accès aux finances publiques ?

Carla a dit…

J'accepte le principe de payer des impôts, de les voir le cas échéant augmenter dans des limites raisonnables si les projets répondent aux divers besoins.
On peut aussi débattre du bien fondé de tel ou tel choix politique mais par contre je ne peux pas supporter des dérives, des erreurs ou oublis et tout ce qui ressemble à une mauvaise gestion.
A vous lire et en absence de communication convaincante et véritablement transparente du Maire (mais aussi de votre part car votre partialité rends trop souvent suspect vos affirmations), je suis très inquiète.

lefacteur a dit…

je confirme les informations du poulpe. Pour preuve entendu dans les couloirs de la mairie, et sortis de la bouche d'un élu : moi aussi je suis inquiet sur les finances de la ville, "Lambert était une fourmi, l'autre est une cigale, moi je suis plutot une fourmi " , SIC .... Qui osera dire un jour publiquement ce qu'il en pense, et en tirer les conséquences.

Anonyme a dit…

oui mais un mandat c'est long pendant ce temps le déficit va augmenter et un jour il faudra bien rembourser, et encore le parc paysager n'est pas encore fait d'ici qu'il y ait encore des supléments à combien va se monter la facture et à vrai dire le parc n'a aucun intêret nous avons une si belle plage , il faudrait sortir une information pour alerter les Pornichétains et ça c'est le rôle de l'opposition

Pornichet Le Poulpe a dit…

Pour ceux qui doutent des éléments que nous apportons dans cet article, nous avons mis un lien qui permet aisément de se faire un avis sur l'évolution des principaux éléments financiers de la commune et donc de mesurer l'importance des 5 M€ d'emprunt qui viennent d'être engagés en catimini.

Cet emprunt et la ligne de trésorerie évoqués dans l'article sont aisément vérifiables puisqu'ils figuraient dans la liste des arrêtés municipaux indiqués en fin de Conseil Municipal. Ces arrêtés sont consultables par tout citoyen à l'accueil de l'Hôtel de Ville.

Si Le Poulpe s'efforce de fonder ses analyses sur des données fiabilisées et objectivées, il se garde évidemment sa liberté d'analyse, conformément aux valeurs qui motivent la réalisation de ce blog.

Chloé a dit…

Bonjour,

je viens de découvrir une initiative intéressante pour sauver les finances de la ville de Pornichet !!

http://saint-nazaire.over-blog.fr/

Pornichet Le Poulpe a dit…

Merci à nos contributeurs de nous faire part de leurs trouvailles. Le blog en question souligne avec humour dans sa rubrique "à poil" le caractère désastreux des finances communales.

zorbec le gras a dit…

Comme quoi la délinquance à Pornichet n'est pas forcément là où on la croit! Les caméras c'est pas sur le quartier de la gare qu'il faut les installer mais bien au beau milieu de la Mairie non ?
Si je comprend bien (et j'ai quelques notions de finances plubliques et privées d'ailleurs) notre Bobby à décidé de jouer les illusionistes, car c'est bien de celà dont il s'agit. Mais c'est bien un lapin crevé qu'il nous sortira de son chapeau.
La finance territoriale est ainsi faite. Les intérêts des emprunts viennent directement grever les dépenses de fonctionnement dont l'excédent, s'il existe, vient ensuite alimenter la section d'investissement. Ca s'appelle l'autofinancement. Magic Bobby est rop fort, pas d'augentation des impôts (c'est agréable à entrendre mais...) des travaux mégépharaonique, tout ça en conservant des finances publiques saines! Ben tiens!
Une ville telle que Pornichet à un niveau élévé de charges de personnels car beaucoup de services, appréciés, à la populations, des charges générales d'entretien, d'assurances, chauffages, fluides, pompiers (SDIS)et tout ça augmente bon an mal an de 2%
D'un côté une baisse régulière de la ressource (y compris casino) de l'autre une agmentation régulière et inconsidérée de la dépense de fonctionnement, une capacité d'investir hors emprunt, bref c'est la spirale de la faillite qui est enclanchée au fond du chapeau du magicien. Et pourtant il y a un subdélégué aux interfaces de bla bla.....je rigole devant autant d'amateurisme.Vite des caméras à la Mairie, vite.......

Vigie a dit…

Le maire était tellement mal à l'aise au dernier conseil municipal pour répondre aux questions sur les finances qu'il a passé la parole à son Secrétaire de Mairie.
Et bien, ce monsieur qu est parait-il plein d'éloquence à bafouillé une réponse qui n'en était pas une comme s'il avait quelque chose à cacher !

Honte( de l' AEP) a dit…

Petit commentaire laissé sur le blog de l'opposition.(On est toujours l'opposant de quelqu'un), j'ai cité le blog :

Association Ensemble Pornichet

"Je croyais qu'on ne devait trouver que des critiques constructives sur ce blog!
A la lecture de ce pompeux commentaire , qui mélange national et local, je vois qu'il n'en n'est rien.
Et vous lui trouvez du sel! Ce n'est qu'un galimatia.
Ah! si un point tout de même, quel est donc collectif qui se permet de critiquer l'opposition dûment élue, dont parle ce Pornichétin?
C'est d'un régime TOTALitaire dont vous rêvez ? Une assemblée qui non seulement vote comme un seul homme, mais qui ne voudrait point entendre d'opposition. Seriez vous prêts à rejoindre le PCF et son rêve de Douma?
Je parie que vous ne ferez pas paraître ce commentaire."

Merci au Poulpe de laisser cet espace de dialogue ouvert, que les membres de AEP en pennent de la graine.

Anonyme a dit…

arretons le avant qu'il ne soit trop tard. Utilisons les médias pour communiquer à grande échelle.

Anonyme a dit…

Anonyme, tu ne sais toujours pas pourquoi les gens ne manifestent pas ? C'est simple. Ils s'en foutent. Eh le facteur, tu colporte des ragots, des ruemeurs. Tu entends des voix en mairie. Ce qui s'affirme sans preuve se dément sans preuves. A ce compte là, je peux aussi raconter n'importe quoi en déclarant je l'ai entendu en mairie ou chez les amis du poulpe (animal visqueux aux mains balladeuses)