vendredi 8 janvier 2010

Rouge de honte

Entre dinde et marrons, Robert Belliot a mangé du commissaire-enquêteur à l'occasion de cette fin d'année. Cramoisi de rage, il déglutit avec peine le roboratif rapport du commissaire-enquêteur du PLU qui explique, avec des mots choisis, que le mi-cuit de PLU à la sauce de l'exclusion sociale n'est pas recevable...

Surconsommation de Champagne millésimé ? Fatigue d'une année d'apprentissage laborieux ? Émergence d'un syndrome de Korsakoff ? En tout état de cause, le maire de Pornichet, dans son édito de la Pravda municipale datée de l'hiver 2009, a évoqué le Plan Local d'Urbanisme (PLU) sans signaler l'avis défavorable du commissaire-enquêteur. Un oubli ? Comme c'est dommage ! Eh Bob, tu n'aurais pas des choses à cacher ?

Bonimenteur

Après de premières réactions fort peu républicaines à l'égard du commissaire-enquêteur du PLU, l'édile pornichétin expliquant que ce personnage nommé par le Président du Tribunal Administratif de Nantes était "partisan", notre despote mal éclairé persiste et signe. Il choisit la fort complaisante radio ultra-réac Kernews pour cracher sa bile en reprenant son antienne sur le fait que ce Monsieur Saint (c'est son nom) n'aurait pas "tenu compte du mémoire de réponse aux Personnes Publiques Associées (PPA)". En clair, les réserves émises à l'égard du PLU par l'Etat, la Métropole Nantes – Saint-Nazaire ou la CARENE auraient fait l'objet d'explications par la commune de Pornichet que ce "partisan" de commissaire-enquêteur aurait omis d'intégrer.

Dommage, mais dans ses conclusions, ce dernier note que "si le mémoire en réponse aux avis des personnes publiques associées envisage la prise en considération au moins partielle des observations formulées, les réponses demeurent des intentions". Comprendre que M. Saint, sans doute échaudé par ses échanges verbaux avec le duo Belliot/Gout, ne donne pas sa bénédiction aux élus pornichétins.

Il précise même sa pensée en écrivant que "la prise en considération des avis des PPA, notamment en ce qui concerne le respect des orientations du Schéma de Secteur de la CARENE, conduira à des modifications importantes du zonage". En langage courant, cela signifie que le commissaire-enquêteur dit à notre Mister Bluff de l'hôtel de ville : je veux bien croire votre volonté de vous conformer à la loi, mais alors pourquoi ne pas le faire maintenant ?".


Autre mensonge XXL proféré à longueur d'ondes par Super Menteur : le fait que le PLU voulu par la CARENE devrait permettre de "construire des barres de logements sociaux face à l'hippodrome", "de faire des ghettos". Et notre Petit Père du Peuple des Riches de vilipender ces suppôts du béton avec ce cri du cœur magnifique de suffisance poisseuse : "Vraiment, ces gens n'ont aucun respect de l'être humain" ! On ne saurait trop indiquer à ce cher Bob de passer moins de temps dans les cocktails du parisien salon des maires et de regarder davantage les sites Internet des bailleurs sociaux locaux comme Silene ou Espace Domicile. Il verrait que les barres des ZUP des années 70 ont laissé place à des opérations bien moins imposantes que l'essentiel des immeubles pornichétins.

En caricaturant à dessein les objectifs de mixité sociale et de compacité urbaine défendus par la CARENE ou l'Etat (loi SRU, Grenelle 1 et 2...), Robert Belliot continue de creuser le sillon démagogique ouvert durant la campagne électorale. Prisonnier de ses promesses inconséquentes, il joue la carte de l'ultra localisme ("les habitants de ma commune que j'aime plus que tout") plutôt que de partager les enjeux du pays. Besson joue avec les minarets pour brandir l'identité nationale, Belliot lui agite le logement social pour défendre une présumée identité pornichétine.

Réquisitoire étayé


La violence, les amalgames et les caricatures utilisés à tours de bras par le maire de Pornichet s'expliquent probablement par la force imparable des arguments développés par le commissaire-enquêteur pour justifier sa décision d'émettre un avis négatif sur le PLU pornichétin.

Pour commencer, et comme nous l'avons déjà précisé dans un article précédent, l'amateurisme confondant de l'équipe Belliot est dénoncé : "les documents contenaient de nombreuses erreurs et imprécisions", "l'examen de la compatibilité du projet de PLU avec le Plan Local de l'Habitat de la CARENE a été omis", "les incidences du projet de PLU sur la zone Natura 2000 n'ont pas fait l'objet d'une évaluation environnementale", "la protection du patrimoine ignore des ouvrages, édifices ou monuments méritant protection", "les équipements portuaires et leur avenir, tant dans les dimensions économiques qu'environnementale ne paraissent pas avoir été suffisamment abordés eu égard à leur importance dans le tissu urbain"... Vivement que la Médiathèque achète le bouquin Être élus pour les Nuls cela pourrait être utile à nos édiles...

Ensuite, le commissaire-enquêteur se voit contraint, dans le style ampoulé des rapports administratifs, de dénoncer des partis-pris idéologiques et/ou démagogiques contraires aux lois de la République : "la densification, la production de logements sociaux et la mixité urbaine font l'objet de prescriptions plus limitatives qu'incitatives nonobstant les déficits constatés sur le territoire communal", "certains emplacements réservés ne paraissent pas présenter un intérêt général suffisant pour justifier les atteintes graves aux propriétés qu'ils affectent et deux doivent être supprimés (23 et 30) dès lors que l'intérêt environnement est sensiblement supérieur à l'intérêt général de leur objet (stationnement)", "la superficie des terrains classés en zone agricole pérenne est trop largement déficitaire pour être compatibles avec le schéma de secteur de la CARENE"...

Enfin, et c'est probablement le plus scandaleux et le plus irresponsable, le PLU, à la peu ragoutante sauce Belliot/Gout, tourne le dos aux enjeux de notre époque. Le commissaire-enquêteur s'est ainsi vu dans l'obligation de dénoncer le fait que le choix belliotiste de privilégier l'étalement pavillonnaire sur la compacité urbaine "achèverait de consommer le capital d'extension de l'aire urbaine" au point qu'à l'issue de la mise en œuvre des zones d'aménagement prévues par ce PLU "toute augmentation de la population serait exclue ". Il souligne également que "les contraintes architecturales sont paralysantes tant en terme de créativité qu'en ce qui concerne l'amélioration de l'habitat notamment pour en améliorer l'isolation thermique". Avec Belliot et son PLU, Pornichet c'est no futur !

Face à ces constats et à d'autres encore, le commissaire-enquêteur a sorti pas moins de 4 cartons rouges :

  • Carton rouge au fait que le "PLU donne une importance excessive à la protection de l'environnement des actuels résidents au détriment du renouvellement de la population".
  • Carton rouge au fait que "la protection de l'environnement et notamment des espaces boisés et des zones humides est insuffisante".
  • Carton rouge au fait que "la résorption des inondations n'est pas assurée avec des garanties suffisantes,
  • Carton rouge au fait que "le déficit de logements sociaux ne sera pas efficacement résorbé faute de projets d'opérations publiques identifiées".

Les rédacteurs et contributeurs du Poulpe auront apprécié le travail du commissaire-enquêteur qui a, lui aussi, été horrifié par le contenu environnementalement irresponsable et socialement inique de ce PLU. Robert Belliot est décidé à passer en force en faisant adopter le PLU par ses godillots de conseillers municipaux. Les démocrates et les Pornichétins aimant vivre dans une ville de qualité ouverte à tous auront à cœur d'engager toutes les mesures utiles pour rappeler que, si le Maire est déjà hors du monde, Pornichet reste une commune de France avec ses droits et ses devoirs !


15 commentaires:

ASSIS.... a dit…

Et le Champagne n' a pas fini de couler....et le rouge aussi

En effet, tout comme moi vous avez du recevoir un Flyer "Les Assises du Sport".

Cet anodin et petit mais luxeux bout de papier, réflète toute la POLITIQUE de R. Belliot, et que l'on peut résumer ainsi:

POLITIQUE :
- De Communication et toujours communication et seulement communication. On peut associer ce flyer à un tract commercial.
- D'Usage de moyens vieillots (papier glacé)
- De Méthode non écologique. Papier !
- De Contradiction: Les panneaux lumineux en entrée de ville devaient suffire.
- De Clientélisme : On va offrir des cadeaux ( si, si c'est sur le flyer).
- Réductrice : La politique de Belliot en matière de culture se limite à associer une expo-photo lors d'un pot de l'amitiés (voir flyer).
- De Mise à mal de la santé publique : Gageons que le verre de l'amitié sera plein d'alcool(1), si décriée par not' bon maire.
-Dispendieuse : TOUT le monde est invité ; "ENTREE LIBRE SANS RESERVATION"(On rase gratis).
-Dangereuse : Que va-t-il se passer si TOUT Pornichet s'y rend ?
-Inutile : Le but est de "découvrir ensemble les pratiques, les clubs, les envies" (SIC). Je croyais que le questionnaire préalablement envoyé avait cet objectif! Quel besoin de rassembler tout le monde pour un dépouillement?
-Grandiloquente :
"ASSISES"...laisse entendre qu'on va construire, alors que le tract ne parle que de découvrir. Débat , forum, auraient été suffisant.La montagne risque d'accoucher d'une souris.
-Discriminatoire : en effet, ceux qui refusent des pubs dans leur boite aux lettres, n'ont pas connaissance de cette invitation.Si se présentent plus de personnes que ne peut en accepter la salle, comment M. Belliot va-t-il faire le choix?

Alors sauf à vouloir créer des emplois dans le monde de l'imprimerie, ou à vouloir transformer Quai des Arts en surface commerciale, rien ne justifie une telle débauche de PUBLICITE. Peut-être Decathlon en est-il le sponsor?

Pour mettre à mal cette "pub", donnons rendez-vous le MARDI 12 JANVIER 18H à Quai des Arts.
A défaut d'y entendre quelque chose de nouveau, de voir se dessiner une vraie politique du sport sur Pornichet, on pourra si on fait partie des chanceux avoir un cadeau et boire un verre(1).
Après 18H , les enfants sont dispos, et concernés par le sport et la politique qui va gérer leur futur, qu'ils vous accompagnent, ils pourront tirer une leçon sur l'(in)organisation. Profitons de cette aubaine pour associer les habitants des communes voisines, pour faire valoir l'intercommunalité sportive, puisque devrait être présent un comité départementale.

Qu'on se le dise , on rase gratis.
LE 12 JANVIER à 18H à QUAI DES ARTS

(1) L'abus d'alcool est dangereux, limitez votre consommation.

kpout a dit…

Je n'ai encore rien compris à votre article sinon que vous vouliez que Silène remplace ses cubes par des minarets pour une nouvelle identité de Pornichet!

Pour une fois entre deux maux, Bélliot et le Ps, je voudrais voter au centre. Malheureusement il y a Gallernau.

Pauvre Pornichet!

ASSIS a dit…

kpout

Irez-vous aux assises du sport ?

kpout a dit…

ASSIS,
Non je n'ai pas prévu d'aller aux assises du sport.
Par contre l'idée de ces assises sur le principe ne me déplait pas.
Mais entre le mauvais contenu du flyer et votre acharnement sur tous les blogs à rejeter avec un parti-pris malsain l'ensemble du projet, je préfère le premier.

Debout a dit…

Enfin une équipe municipale qui se rend compte qu'il n'y a pas que le footbaballe, les sports en salle et l'OMS pour avoir une pratique sportive.
Enfin une consultation sur le sujet.
Moi je trouve cela plutôt bien.

A propos, est-ce que "assis" a rempli le questionnaire ? Parce que critiquer seulement c'est facile.

J'espère seulement que la montagne n'accouchera pas d'une souris.

ASSIS a dit…

A Debout

C'est bien de rêver même debout.Votre interrogation finale affirme notre crainte à tous de ne voir encore une fois qu'une opération de communication.
Et mal faite qui plus est.
Non je n'ai pas répondu au questionnaire, dont je ne conteste pas qu'il soit utile.Mais cela ne m'enlève pas le droit de contester la suite donnée.
Pour le footbaballe, je crains fort que vous ne soyez déçu dans votre attente.

A Kpout
Désolé, mais je ne comprend pas votre analyse. La question n'est pas de préféré un flyer mal fait à une critique du projet, mais simplement de démontrer au travers d'un exemple, que ce qui aurait du rester neutre dans la vie de notre commune, peut-être révélateur des l'incompétences de l'équipe en place. A propos c'est cette équipe qui a été élue, il n'est plus question de vote, je ne comprend donc pas votre allusion à un choix quelconque entre UMP/PS/Centre et cette allusion à Mme Gallerneau. Seriez-vous de ceux et celles qui ne votent pas pour un programme mais plustôt à la tête du client(e)?

STOPPUB a dit…

Pour la rigolade, avez-vous vu le type de commentaire sur le site de l'assoc qui soutien le maire.(AEP) ?

Par exemple à propos des panneaux lumineux , voici le commentaire laissé par un certain CERNAY:

"Je trouve ces nouveaux moyens de communication électronique remarquables. Par contre,... il est pratiquement impossible de les lire .. Pour ma part, je n'ai jamais réussi à voir plus de 1 ou 2 images..."
Commentaire n°1 posté par Cernay

Pauvre CERNAY , qui risque sa vie à chaque instant en essayant de voir de belles images sur les ronds-points . Est-ce lui en qui fait plusieurs fois le tour ? Arrêtez, mon ami, le coté écolo vanté par la mairie en prend un coup de plus.
Par ailleurs le peu de commentaires laissé sur ce cite, laisse à penser que soit il y a censure, soit il est vraiement peu fréquenté. Pour ma part, j'ajouterai mal fréquenté.

Loup Garou a dit…

Trop fort ce Belliot. 2 mois de supension et c'est reparti, il passe son PLU au Conseil municipal de demain. J'espère que l'opposition (et même quelques élus de la majorité) seront à la hauteur pour dénoncer la mort annoncée de Pornichet.
Soyons nombreux pour entendre les explications de notre maire !

Debout a dit…

Alors Assis, t'étais pas aux Assises du Sport avec les milliers de quidams que tu avais sollicité ?
J'y étais, assis. Et j'ai trouvé cela intéressant. Un état des lieux avant concertation et travail transversal en ateliers. Concept potentiellement fructueux.

avatar a dit…

Ah la piètre opposition au dernier Conseil!
Du renouveau, vite!

assis a dit…

Debout

Quelle arrogance, le peu de monde ce soir là , j'y étais, prouve que la politique de Belliot n'en reste pas moins telle que je l'ai décrite. Et c'était l'essentiel de mon message. Vous avez eu beaucoup de chance que nul ne s'empare de mon appel et le transforme sur Facebook ! Réfléchissez y la prochaine fois.

Pornichet Le Poulpe a dit…

Just do it !

Droit sans ses bottes, Robert Belliot a marché sur la tête du commissaire-enquêteur pour faire adopter son PLU lors de la séance du Conseil municipal du 14 janvier.

Mieux, il a fait donné les figurants, en l'occurence un quarteron de conseillers municipaux, qui ont péniblement lu des interventions pro domo pour nous expliquer que ce PLU écrit contre le reste du monde était la septième merveille du Monde...

L'opposition a argumenté en vain, d'auttant que le grand démocrate Belliot, tout de même inquiet d'un vote hostile de certains de ses colistiers, a refusé un vote à bulletin secret.

Démocratie bafoué et avenir insulté, triste soirée de Conseil Municipal.

Il n'y a plus qu'à compter sur la justice pour mettre à mal l'édifice réactionnaire et irresponsable bâti par Robert Belliot.

zorbec le gras a dit…

Il n'y a rien d'étonnant à cette isssue. Il ne pouvait y en avoir d'autre sauf à posséder une once d'honneteté intellectuelle (pardonnez ce gros mot) et le sens de l'intérêt général. Il faut espérer tout de même que nombre de pornichétains auront compris que nous avons là l'application du programme Prosimar c'est tout. L'approbation préféctorale de la délib sera la confirmation que la loi est à géométrie variable.
Lorsque le parc de l'hipprodrome sera réalisé, je suggère que nous le baptisions "Place des Bananiers" en référence au gouvernement local. Vous savez le bananier c'est là où on trouve les régimes de BANANES Eh bien ça pousse à Pornichet. Vraiment la météo, la politique, l'agriculture, rien ne va plus.

assis a dit…

Ne baissons pas les bras.
A quand la création d'une association dont le seul but serait de porter deavant les tribunaux, cette parodie de démocratie?

acta est fabula a dit…

Déclaration SOLENNELLE (du latin solemnis, célébré avec un certain éclat) de Belliot au dernier conseil: erreurs! cette déclaration ne revêtait aucun éclat, était écrite par d'autres que celui qui la déclarait sans aucun éclat!!! C'est un nouveau mode de communication du Maire: il a l'impression (du latin impressio), ou on lui a suggéré de le penser, que ses dires deviennent crédibles (du latin credibilis)dès qu'ils sont précédés du mot sôôôlennel (il y a aussi lennel.... et sans le latin!). Mille excuses d'user du latin mais il faut se faire comprendre d'un DGS à l'affut de tous nos blogs pornichétins, impertinents, pas solennels mais...manifestement crédibles !