mardi 2 mars 2010

Petits arrangements entre amis

Commune désargentée vend, dans quartier huppé, foncier, initialement destiné à du logement social, pour 1 M€. Aucune chance de voir une telle annonce fleurir dans le supplément immobilier d'Ouest-France, Robert Belliot préfère vendre les bijoux de famille à de discrets (nouveaux ?) amis. De jolies marges pour les copains, des recettes pour financer l'herbe d'un parc paysager et surtout pas de logement social dans la carte postale, la vente des serres municipales constitue un parfait révélateur de la politique municipale.

En décembre, Robert Belliot et quelques affidés décident de spolier le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) de sa propriété foncière qui accueillait jusque là les serres municipales. Par un obscur tour de passe-passe, le CCAS est contraint de vendre 1 € symbolique ce foncier d'exception.


Du social, jamais !

Lors des séances du Conseil municipal du 10 décembre 2009 et du 18 février 2010, Robert Belliot a organisé la spoliation du CCAS et fait un bras d'honneur à l'État en refusant de construire du logement social sur du foncier communal situé en centre-ville. En cédant à un promoteur les parcelles AY n°53, n° 725 et n° 726 d'une surface de 1.998 m², Robert Belliot a clairement signifié à ses amis de la Pointe du Bec : "du social à Pornichet jamais, et encore moins ici !". Après un sens interdit pour rester bien tranquillement entre soi, il pose un interdit social à ce quartier huppé : "accès autorisés uniquement aux riverains disposant de revenus confortables".

L'ensemble parcellaire, avec notamment son accès étroit, se prêtait difficilement à une opération immobilière classique de type immeuble. Par contre, les archives municipales contiennent des projets d'habitat individuel dense utilisant le vocabulaire architectural des maisons du "quartier des pêcheurs" permettant de construire 8 à 10 maisons urbaines. Encore faudrait-il que Super Bobby comprenne que le patrimoine ne se résume pas à la Belle Époque et aux demeures de villégiature de l'aristocratie.

Lové au cœur de la Pointe du Bec et des maisons de pêcheurs du secteur, ce site ne présentait visiblement pas pour le sécuritaire social André Lejeune et l'antisocial Robert Belliot les qualités pour loger des familles pornichétines modestes travaillant dans les commerces et services locaux. Il est vrai qu'un site à moins de 300 m des commerces, du réseau de bus urbain et interurbain, de la médiathèque, du centre associatif communal et des écoles publiques ne présente pas toutes les garanties pour l'insertion sociale des familles de salariés de l'économie locale... Assis sur son strapontin de la liste Béchu pour les régionales, Robert Belliot n'a pas du lire que son équipe entendait "accompagner la rénovation des logements locatifs sociaux et la construction de logements neufs".

Du pognon, toujours !

Le discret M. D... a eu la bonne idée de rencontrer fortuitement, forcément fortuitement, notre éminent Maire, qui, dans sa grande sagesse, a donné son accord pour céder à ce malin (pléonasme ?) promoteur un site municipal de grand intérêt. "Ni vu, ni connu, j't'embrouille" est en passe de devenir le nouveau slogan publicitaire de Pornichet.

Il est comme cela notre Bobby, pourquoi dire non à quelqu'un de sympathique qui veut le bien de notre commune en évitant une horde de logements sociaux et en offrant au maire un joli chèque pour éponger les dettes abyssales qu'il s'obstine à creuser.

Évidemment, la vente annoncée par les professionnels locaux de l'immobilier de 3 parcelles pour la modique sommes de 430.000 € pièce laisse augurer d'un joli bénéfice pour le nouvel ami de notre maire. C'est la vision belliotiste du "travailler plus pour gagner plus" :

  1. J'appelle mon ami Bobby,
  2. Il spolie le CCAS, me fait un PLU sur-mesure puis me vend pour 1 M€ un écrin de 2.000 m² à la Pointe du Bec,
  3. J'aménage pour environ 0,15 M€ le foncier et le découpe en 3 lots,
  4. Je perçois 1,290 M€ de cessions foncières,
  5. Je fais une jolie marge de 140.000 €, 12% de rentabilité pas mal pour quelques heures de travail,
  6. Je n'oublie pas d'envoyer une carte de vœux l'an prochain à mon ami Bobby en lui proposant de renouveler l'opération sur d'autres fonciers amassés à l'époque Lambert.
  7. Je propose un nouveau slogan à l'UMP «Belliotisez plus pour gagner plus ! »


Ce nouvel épisode de la triste saga municipale a au moins le mérite de jeter une lumière crue sur les méthodes et les objectifs de l'équipe Belliot : toujours moins d'esprit républicain, toujours moins de social. Seule éclaircie dans cette triste affaire, un membre (mais un seul... pour le moment ?) de l'équipe Belliot a profité d'un vote à bulletin secret pour joindre sa voix aux élus de gauche. Bonne nouvelle, l'équipe Belliot a au moins un membre qui sait conjuguer ensemble moralité et social, c'est toujours cela de pris...

8 commentaires:

Assez a dit…

N'existe-t-il donc aucun moyen légal de mettre à mal cette opération?

Ne peut-on diffuser cette information plus largement que sur les blogs ?
Que va faire l'opposition ?

Ce déni de justice sociale doit être empéché à tout prix.

anthony a dit…

On dirait qu'effectivement certains membres de la cour du Roi semblent se rendre compte de la pente sur laquelle se trouve désormais la municipalité. Dommage que le vote contre le Roi ne se fasse que lorsque le bulletin est secret. Il faudrait que nos chers élus prennent leur courage à deux mains et commencent à réagir avant qu’il ne soit trop tard !!! En tous cas, les Pornichétins se souviendront de leur manque de réactivité objective !!!!

zorbec le gras a dit…

N'y comptez pas, si défections il devait y avoir ce serait déjà fait. N'imaginez surtout pas que les colistiers de Bob l'enclume vont s'écarter du chemin tracé par leur gourou. J'en connais plusieurs et franchement le courage n'est surement pas leur qualité première. Non tous ces gens qui font le lit de ceux qui n'en ont strictement rien à foutre de Pornich..et veulent en confisquer l'avenir incapables qu'ils sont d'imaginer de ce que pourrait être la ville de demain sans eux forcément. Car le véritable enjeu est d'avoir suffisamment de capacité de vue à long terme pour bâtir la ville de demain pour les générations futures. Il est clair que celà est bien le cadet de leurs soucis accaparés qu'ils sont par le paraître de leur misérable mandat.
Les observations et l'humour du Poulpe sont d'une lecture souvent édifiante. Cependant, je crois qu'il faut au fil du temps faire quelques bilans intermédiaires. Le choix des élus en place est de dilapider l'argent du contribuable. Il serait intéressant en effet de faire la somme des dettes + les ventes de foncier à des privés (apauvrissement de la commune) + l'accroissement des dépenses de fonctionnement constantes (ex: entretien du parc innondable) pour bien mesurer l'impact de la bombe à retardement qui attend les pornichétains. Malheureusement il n'y a que peu de voies de secours. Si, l'une d'elle est de dire à chaque occasion à tous ces tristes sires leurs 4 vérités à chaque occasion. Pour ma part, ce sera fait, poliment courtoisement mais sans faiblesse à la prochaine occasion.

Anonyme a dit…

Bob aurait été laché par Bechu ?
Il ne figurerait plus sur la liste officielle de l' UMP depuis ce samedi .Remplacé par une femme ?
Est-ce que quelqu'un peut confirmer, ou est-ce une rumeur?

lefacteur a dit…

Heureux de retrouver le POULPE après une petite absence.
Juste une remarque pour remettre les compteurs à jour. L'éclaircie signalée à l'occasion du vote sur les terrains des serres municipales est peut-etre le double.
En effet, le conseil municipal de Pornichet est composé , à ma connaissance, de 29 membres ni plus ni moins.Or le vote (à bulletins secrets) a recueilli: 22voix pour, 6voix contre soit 28 exprimés. Cherchez l'erreur....
Rappellons nous, qu'à lappel, en début de séance, il n'y avait que 28 présents ou représentés. Il en manquait donc 1. Lequel?
Il suffit simplement de reprendre le PV de séance, et vous aurez au moins une réponse sur deux. CQFD.
Finalement, les déçus belliotistes sont, sans doute, beaucoup plus nombreux qu'on ne le pense. Sans vouloir verser dans un optimiste béat, deplus en plus de personnes osent faire part ,en a parté, d'avoir choisi un "nul". Peut-etre sauront-ils le manifester un. Mais, pour celà, il faut un peu de courage....

Anonyme a dit…

Un changement sur la liste UMP me surprendrait puisque la composition des listes est déjà faite. Parc ontre, si, après le 1er tour, l'UMP devait fusionner avec je ne sais qui (Modem ? FN ?), les places seraient redistribuées.

Anonyme a dit…

Ce serait marrant que Belliot doive ceder sa place a Mme Gallerneau si les listes devaient fusionner. Vu les echanges entre Modem et UMP y a peu a parier que cela ne se produise.

Coluche a dit…

Le Poulpe et ses commentaires font du mauvais Coluche
"lorsque les sources bien informées s'autorisent à penser, qu'il y aurait (conditionnel),cela laisse présager de la grande véracité..."