vendredi 19 mars 2010

Paranoïa anti-démocratique

Calomnies, mensonges, paroles dilatoires, mesures vexatoires à l'égard de l'opposition, épuration technique dans les services municipaux... Robert Belliot a, depuis le début de son mandat, une étrange conception des principes démocratiques. Il a encore franchi un nouveau stade ces derniers jours en restreignant drastiquement l'information reçue par les élus d'opposition.

Au début de son mandat, de nombreux observateurs ont mis sur le compte de maladresses les errements démocratiques de Robert Belliot. Mais, plus le temps passe et plus les méthodes du maire suscitent l'émoi de nombreux républicains.

Méthodes bordures

A peine élu, le Plekszy-Gladz1 de Ker Bon Accueil décide de tordre le cou au débat démocratique. Il commence par censurer les interventions de l'opposition en Conseil municipal en supprimant les compte-rendus exhaustifs des séances pour les remplacer par de simples relevés de décision. Cette oukase empêche de facto les citoyens de connaître la teneur des débats entre la majorité municipale et son opposition.

Ensuite, il caporalise les conseils de quartier en interdisant par le fait du prince à tel ou tel citoyen de pouvoir postuler à ces instances. Les amis de Mme Gallerneau, qui avaient eu la mauvaise idée de participer aux élections municipales, ce qui, dans la vision démocratique de Robert Belliot semble constituer un pêché mortel, se voient ainsi ostraciser. Si tu n'es pas un ami, tu es un ennemi semble dès lors constituer l'état psychologique du maire UMP.

Toujours aussi mal à l'aise avec le débat démocratique, Robert Belliot décide, dans une lecture à tout le moins tordue du Code général des Collectivités Locales, d'inventer des questions orales... posées par écrit. Sublime précaution pour tenter de masquer le vide abyssale de sa réflexion, son Éminence de Ker Bon Accueil exige d'avoir les questions 5 jours avant la tenue du Conseil municipal. Il fait ainsi d'une pierre deux coups, il limite les questions de son opposition et s'abrite derrière des réponses rédigées par ses collaborateurs.

Les Syldaves attaquent

De plus en plus paranoïaque, le Plekszy-Gladz pornichétin se décide à clouer au pilori tous ceux qui osent véhiculer autre chose que les paroles du chef. Dans un pathétique numéro d'acteur, il se lance au début d'un Conseil municipal dans une diatribe anti-blogs, outils maléfiques accusés d'armer le bras vengeur de pitoyables petits délinquants qui avaient eu l'outrecuidance de s 'attaquer à son joli panneau de propagande situé en entrée de ville. Voyant derrière chaque blog critique, un félon syldave, il multiplie les propos vengeurs et fait donner la verve de son secrétaire de mairie pour vouer aux gémonies les pourfendeurs de la bien-pensance. Ne doutant de rien dans la République Sarko-Hortefienne, il menace de saisir la justice pour faire taire ces outils sataniques.

Pas à une mesquinerie près, le maître de la principauté bordure de Pornichet, tord le coup aux principes démocratiques en n'invitant plus les élus d'opposition aux cérémonies des vœux. Derrière ces mesquineries symboliques parmi biens d'autres, qui illustrent la grandeur d'âme de notre maire, se cachent la véritable dérive anti-démocratique du municipe Belliot.

Dernier exemple en date, la suppression, dans les dossiers de séance du Conseil municipal, remis à tous les élus, de la copie des arrêtés municipaux pris par le maire pour assurer la gestion courante de la commune. En complexifiant singulièrement l'accès à cette forme d'information, Robert Belliot donne le sentiment de vouloir masquer des pratiques suspectes. Pourquoi cherche-t-il à soustraire au contrôle démocratique des décisions prises dans le secret de son bureau, qui sont pourtant souvent plus importantes que nombre de délibérations présentées en séance du Conseil municipal ?

Ulcéré par l'esprit un tantinet critique de la presse locale, le grand Chambellan pornichétin décide parallèlement de couper l'accès à l'information de la presse locale. Contrairement à une tradition bien établie, ici et ailleurs du reste, la presse locale n'a plus à sa disposition les dossiers de séance des conseils municipaux. Veut-il ainsi empêcher correspondants locaux et journalistes de décortiquer les délibérations municipales en leur imposant une seule source d'information, celle distillée par le service de communication de son directeur de cabinet UMP ?

Comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, le maitre borduro-pornichétin finit par exiger de ses thuriféraires l'ouverture d'un blog qui fera passer la Pravda de la grande époque pour un dangereux journal critique. Et comme certains esprits locaux continuent à se rebeller devant la toute puissance municipale, Ker Bon Accueil, comme infecté par un méchant virus en provenance des Hauts-de-Seine, fait donner sa garde prétorienne pour discréditer les récalcitrants : intervention auprès de journalistes locaux de la presse écrite, attaques fielleuses contre des web-journalistes, pressions en tous genres sur d'autres... Pornichet commence à avoir une drôle d'odeur.

Fragile dans la maîtrise des dossiers, incapable d'animer un véritable débat en conseil municipal ou communautaire, de plus en plus critiqué en interne par des colistiers qui commencent à s'affranchir en votant contre le maître de cérémonie... la paranoïa semble devenir le syndrome mortifère d'une politique erratique. Et beaucoup de se demander pourquoi Robert Belliot cherche-t-il tant à contrôler l'information ? Que cherche-t-il à masquer ? Quels errements veut-il dissimuler ? Qu'a-t-il à se reprocher ?

1 Pour les tintinophiles débutants, Plekszy-Gladz est l'autocrate dirigeant la Bordurie et en conflit permanent avec les voisins de Syldavie. L'élégant drapeau de la Bordurie illustre cet article. Tout rapport de l'attribut pileux avec un quelconque personnage serait naturellement fortuit...

10 commentaires:

BOfencore a dit…

Encore un article vide. On a déja entendu tout cela.

Bof, si cela vous défoule.

ASSEZ a dit…

Encore une fois bel article.

L'opposition doit réagir, soit de façon juridique soit de façon politique.
A quand une organisation d'une manifestation publique, pour réclamer à Belliot et son équipe (ne jamais l'oublier celle-là) d'avoir un fonctionnement démocratique?

BOfencore a dit…

l'opposition? Il y a une opposition?

un recours a été déposé dans les 2 mois contre le PLU de début janvier?

même pas...

Une opposition pathétique.

On grogne, on insulte, on joue les offusqués.

Résultat : rien. Pas une once de courage, que du vent.

Anonyme a dit…

Bob est un parano. Il a écarté tous les fonctionnaire qui faisaient tourner cette mairie. Il s'est entouré d'incapables opportunistes pour gérer cette dictature où même les élus de la majorité ne sont pas écoutés. Un haut fonctionnaire
manipulateur, un ancien faux gendarme lèche-cul, quelques placements d'ami(e)s aux postes clefs(finance, urbanisme) et la boucle est bouclée...je détiens le pouvoir et je baillonne tous le monde.
Ce plagiat de Maire aura tué cette mairie et ruiné cette ville.

cardon a dit…

Bonjour
il faudrait répondre à BOFencore sur le recours pour le PLU
Salut

Anonyme a dit…

je n'arrive plus à regarder cette mairie de fou. Le maire est dans autre monde, le face book directeur se prends pour un playboy, le petit avec son baise en ville joue au sherif.....mais où est on? La saison estivale arrive et ils sont complètement dépassés....
Mauvais, mauvais et mauvais!!!!!!
régner dans la terreur et la pression s'appele la dictature!!!!

Monpetitdoigt a dit…

Pensez-vous que la claque infligée à l'équipe Béchu sur les PDL puissent avoir un effet sur l' UMP locale et par ricochet sur Belliot?

Peut-être M. Belliot va-t-il suivre l'exemple de NS et procéder à un remaniement du CM?

Quelques rumeurs circulent déjà en mairie.

anthony a dit…

A la vue des commentaires fait par Robert BELLIOT dans Ouest-France aujourd'hui je doute qu'un changement intervienne. En effet, il se réjouit d'avoir fait plus qu'aux régionales 2004 et constate que le travail au quotidien a payé ... Alors vous pensez bien que dans ces conditions se remettre en question n'est vraiment pas à l'ordre du jour ...

Na+ a dit…

Ca bouge en mairie. Mme Contival est devenue invisible (y compris pour les élections) sans qu'aucune explication ne soit donnée. M. Geay aurait piqué une crise et se serait fait porter absent plusieurs semaines. Et M. Loray aurait demandé à être démis de ses fonctions à la vie associative parceque les budgets seraient diminués. Il se murmure que M. Robin prendrait sa place, ce qui n'est pas franchement rassurant, d'après ce que me dit un ami pompier.
Je tiens ces informations d'un voisin UMP qui semble inquiet de la solidité de l'équipe Belliot. Peut-être en saurons nous plus avec le prochain conseil municipal.

Anonyme a dit…

oh oh, ça balance...
pour bien connaitre le paquet de pointes, ça ne m'étonne pas que certains élus déplaisent.
Mme contival est lucide, correcte et est proche des gens donc forcément, ça dérange bob. Comme elle n'arrive pas à assumer la politique de la municipalité, elle se fera de plus en plus discrète.
Je n'aime pas l'ump, mais c'est une chic fille...tout comme alain L. qui ne mérite pas de s'afficher avec bob. Le pompier est plus un opportuniste qui veut paraitre pour un seigneur. Il en a l'allure mais pas les compétences.Il sait naviguer mais quand on a besoin de lui, il n'y a plus personne....et je sais vraiment de quoi je parle.
QUE LES GENS BIENS QUITTENT CETTE MAIRIE CAR LE TITANIC PRENDS L'EAU.
Courage christelle!!!