samedi 4 avril 2009

Pornichet bat en retraite

20 ans d'existence pour la Maison de Retraite de la Côté d'Amour. 20 ans que Pornichet a offert un terrain pour cet équipement. 20 ans que La Baule prétend rechercher un terrain. Après un conflit ouvert avec la municipalité Lambert, voilà que l'équipe Belliot se plie une nouvelle fois aux volontés bauloises.

Installée entre l'hôtel de ville et l'hippodrome, la Maison de retraite de la Côte d'Amour est devenue une référence. Qualité des logements et des services proposés, évolution constante du cadre de vie offert aux 80 résidents, cet équipement demeure particulièrement attractif, la longue liste d'attente en témoigne.

Un partenariat pornichéto-baulois

A l’origine, un Sivu, syndicat intercommunal à vocation unique, a été créé, le 2 juin 1997, à l’initiative des communes de Pornichet et de La Baule, pour construire deux maisons de retraite, une sur chaque commune, sur la base d'un foncier offert par chacune des collectivités (article 2 des statuts du Sivu).

A l'initiative de la municipalité Empereur, Pornichet a, la première, proposé un terrain, celui là même sur lequel est aujourd'hui implantée la Résidence de la Côte d'Amour.

Par délibération en date du 14 Mars 2000, l'équivalent du conseil d'administration du Sivu décida de confier la gestion de l’équipement à une association ad hoc, en précisant les conditions de location ( loyer, charges…), mais sans évoquer la répartition du nombre de lits entre les 2 collectivités. En signe de bonne entente, et dans l'attente de la réalisation d'une maison de retraite à but non lucratif côté baulois, Pornichet et La Baule se répartissaient les places disponibles, 40 places pour des Pornichétins, 40 places pour des Baulois. Sauf que, 20 ans plus tard, la situation est inchangée.

Commune recherche retraités, faibles revenus s'abstenir

La Baule affiche gaillardement 4 maisons de retraite ou assimilées, ayant tous comme particularité, formidablement bauloise, d'être destinées à une population disposant de revenus largement supérieurs à ceux de la majorité des retraités de notre pays.

Face aux besoins, les élus baulois cherchent, certainement sans relâche, depuis des années, un site d'implantation pour une maison de retraite publique. Par hasard probablement, La Baule a, ces dernières années, malencontreusement vendu un foncier pour permettre la construction d'une maison de retraite (le Doyenné)... 100% privé et à but très lucratif, puisque propriété d'un fond de pension anglo-américain, Bridgepoint.

Année après année, les élus baulois donnaient des gages du genre « on envisage une restructuration du foyer logement La Bôle Eden pour le reconvertir en maison de retraite » (conseil syndical du 7 septembre 2000), puis ils ont parlé d'acquérir l'ancienne Polyclinique de la forêt avant de laisser Harmonie mutualité l'acheter. Paroles, paroles, paroles... Dalida doit faire florès dans les maisons de retraite bauloises.

Légitimement exaspérée, la municipalité Lambert avait durci le ton souhaitant récupérer au plus vite les 40 places occupées encore aujourd'hui par des Baulois. Malheureusement, la municipalité d'Yves Métaireau semble s'accommoder sans difficulté de voir ses retraités peu fortunés quitter La Baule pour s'installer dans un équipement qui au final n'aura couté qu'aux Pornichétins.

Bien conscients de la baulo-dépendance qui frappe Robert Belliot, les représentants baulois à la Maison de Retraite ont clairement affiché, fin 2008, leur volonté de statu quo. Devant cette position pour la première fois assumée, la municipalité pornichétine n'a pas réagit. On ne se fâche pas entre voisins tout de même...

Décidément avec Robert Belliot, Pornichet dit un peu trop souvent "Bienvenue à La Baule"...


4 commentaires:

Anonyme a dit…

Encore un exemple du "Tout Privé" bien à droite.En plus des vieux (beurk!) nous on en veut pas à La Baule.
Et si Belliot aime tant La Baule il n'a qu'a si installer, bon débarras.

MOROQUON a dit…

Désolé Le Poulpe mais vous allez encore dire qu'on s'écarte du sujet ...! Malheureusement, une fois de plus, à laisser passer des messages comme celui d'anonyme vous ne pouvez qu'ouvrir la voie à des réactions violentes.
Le "beurk" adressé aux "vieux" est intolérable, vous l'avez de fait cautionné.Tant que vous y êtes pourquoi ne lançez vous pas le débat sur le rétablissement des chambres à gaz ......!!!!!!!!

Pornichet Le Poulpe a dit…

Dans la série MOROQUON ne comprend rien à l'humour 2nd degré, on a droit cette fois à une riposte version "chambres à gaz". Le niveau monte et le politiquement correct aussi.

Beurk a dit…

Entièrement d'accord avec Moroquon
( c'est celui qui dit qui est)

En effet le beurk aux vieux est intolérable, mais c'est à la municipalité de La Baule qu'il faut aller le dire. C'est en effet La Baule qui refuse de faire du social avec les personnes agées.

Je m'associe donc à anonyme, pour que Belliot s'en aille sur La Baule, dont il cautionne et supporte la politique sociale. Mais il se doit de faire vite dans l'intérêt de tous , y compris le sien.
Sans faire offense, il est de ceux qui bientôt, comme la plupart d'entre nous, auront besoin d'équipement du type maison de retraite. Et vu qu'il n'y en a pas à La Baule !

J'ai lu quelque part, qu'il ne ferait qu'un mandat municipal, mon petit doigt ne serait pas surpris que ce soit pour briguer un mandat national. Quelqu'un a-t-il des infos?