mercredi 14 janvier 2009

Un petit tour et puis s'en va...

Le masque tombe au premier étage de la mairie de Pornichet. Lors de la pitoyable cérémonie des vœux de Robert Belliot, l'information encore diffusée sous le manteau faisait les gorges chaudes des "affranchis" : le nouveau Directeur des services municipaux quitte le navire !

Çà écope dur à bord du bateau ivre qu'est devenue la mairie de Pornichet. Arrivé en septembre, d'une commune bretonne passée de droite à gauche, le Directeur Général des Services est déjà sur le départ. Pas banal !

Pas Belliot-compatible ?

A son arrivée, Michel Fily, le nouveau chef des fonctionnaires pornichétins, n'a pas pu masquer sa surprise devant les méthodes prônées par Bob le Bafouilleur. Il a cherché à convaincre son maire de la nécessité de respecter quelques principes de fonctionnement pour garantir une administration correcte de la commune.

L'incompréhension du nouveau DGS face à l'organigramme d'un autre temps imposé par le nouveau maire semble avoir constitué la première pierre d'achoppement d'une relation normalement fondée sur la confiance et le respect mutuel. Le fait que l'organigramme de la commune ne soit toujours pas publié, sur le site Internet de la commune, illustre-t-il le refus de ce fonctionnaire de qualité d'accepter les oukases d'un maire dépassé par les évènements ?

L'incapacité de Robert Belliot à animer son équipe avec des règles claires de fonctionnement et à mettre fin à la chasse aux sorcières semble également avoir suffisamment désespéré le nouveau DGS de Pornichet pour l'inciter à prendre rapidement le large. Nul doute que la légèreté confondante avec laquelle sont conduits des projets majeurs comme l'hippodrome, le parc paysager ou le parking de la honte en entrée de ville a inquiété ce fonctionnaire de haut rang, qui ne devait pas avoir tellement envie de voir son crédit professionnel fortement amoindri par son passage à Pornichet.

Maire recherche DGS docile

Après le départ contraint de 3 des 4 cadres de direction de la municipalité ces derniers mois, le départ du patron des services municipaux, pourtant recruté par Bob le Bafouilleur, confirme que Pornichet tangue au gré des sautes d'humeur de son maire. Des cadres intermédiaires seraient eux aussi sur le départ, histoire de respirer un air moins pesant.

Naturellement, Robert Belliot expliquera prochainement que le départ de son DGS "résulte d'un choix personnel pour des raisons – au hasard – familiales et qu'il regrette le départ de ce collaborateur efficace et compétent". Mais en fait, personne n'est dupe, Robert Belliot veut des collaborateurs dociles et pharisiens acceptant de marcher au pas pesant d'une marche funèbre.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Comble de honte pour notre bon Maire belliot : le passage de Pornichet des pages "Presqu'île" (avec nos amis de la Baule) aux pages "Saint-Nazaire Agglo" (avec les socialos-communistes) dans la nouvelle formule du journal Presse-Océan. décidemment, tout fout le camp....

Arthur a dit…

Hello! le blog du ModemPornichet s'est permis de citer le poulpe et de mettre un lien vers votre article...merci pour l'info!
http://modempornichet.over-blog.net
Si besoin: modempornichet@orange.fr

H2O a dit…

Il y aurait un Conseil municipal ce vendredi à 19h00 portant sur le PLU et sur le recrutement d'un gendarme en retraite pour diriger la Police Municipale. Il n'était pas prévu, c'est vraiment la panique en mairie.

rlb a dit…

Encore un cumulard

Pornichet Le Poulpe a dit…

Exact, un Conseil un jour et un horaire inhabituels, un programme light. Sans doute la volonté de cacher l'insigne faiblesse de la réflexion sur le PLU. Triste !

Ex CGT a dit…

C'est le Titanic à Pornichet et l'équipage quitte la navire pour le plus grand malheur de la population.

Cette semaine, le départ du DGS a effectivement été officialisée pour début mars.
Cette semaine encore, le Directeur Adjoint en charge des Finances part pour Donges.
Cette semaine toujours, on vient d'apprendre le départ de la chef de l'urbanisme, celle qui s'occupait du PLU, de l'hippodrome et du parc paysager. Ce départ nous surprend car elle faisait partie des rares chefs à trouver intéressant Belliot.
Je n'ai pas fait les comptes mais on doit bien arriver à 10 cadres qui sont partis en un an. Joli performance pour un DRH.

Anonyme a dit…

Mais jusqu'où s'arrêtera-t-il?
Trop fort le Belliot, ou alors déformation professionnelle, ne peut penser qu'en termes de plan de restructuration.
Après les cadres, à qui le tour?
Aux Pornichétins?
Mais n'y aurait-il donc personne ayant un bon dossier sur Belliot ?
Allez l' UMP, Belliot c'est pas Sarko, il ne vous tient pas tous par les c...
défoulez-vous, laissez passer quelques infos, on va finir par étouffer.

Anonyme a dit…

C'est une catastrophe, des fonctionnaires trés voir trop compétent sont remerciés par bob et son équipe.Ce n'est qu'un début hélas car son but est de remplacer les fonctionnaires qui sont eux professionnelles par des contractuelles encartés ump.
on n'est pas fou chez bob...j'espere que le centre de gestion va attirer l'attention du maire sur ces remplacements (programmé pour placer les copains ex:le nouveau chargé de mission prévention).