mardi 20 janvier 2009

PLU recherche vision d'avenir

Convoqué en dernière minute, le Conseil municipal de Pornichet a eu droit, vendredi dernier, à une présentation du Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD), dans le cadre de la révision du Plan Local d'Urbanisme (PLU). Ce texte, qui doit normalement servir d'expression à une vision stratégique du devenir d'un territoire, a encore une fois montré les limites de la municipalité Belliot. Inquiétant pour Pornichet.

Au terme d'une laborieuse heure de présentation par l'Atelier du Canal, un cabinet spécialisé en urbanisme, difficile pour les Pornichétins présents dans la salle du Conseil municipal de percevoir sereinement l'avenir de leur commune. Pour la vision couleur sépia, pas de problème, Robert Belliot est l'homme du passé. Pour preuve, en 200 lignes, on trouve 26 fois les mots "préserver" et "protéger". Ce n'est plus politique, c'est pathologique !

Incompétence

Pas banal de voir un maire laisser les commandes du Conseil municipal à un urbaniste pour exprimer sa vision politique du développement de sa commune. A Pornichet, tout est devenu possible et Robert Belliot n'a peur de rien. Reste que ce manque d'expression de la majorité municipale traduit bien l'incapacité notoire de cette équipe à développer une réflexion globale sur le devenir de Pornichet.

Le texte proposé est un enfilage de perles toutes plus affligeantes les unes que les autres et de déclarations d'intention qui ne font que respecter des obligations légales. Morceaux choisis :

  • "répondre à la demande de manière adaptée", ah oui parce que vous en connaissez vous des communes qui cherchent à répondre de manière inadaptée ?
  • "Les dispositions réglementaires s'attacheront en l'occurrence à garantir la protection des ZNIEFF, à préserver les zones humides et à prendre en considération la coupure d'urbanisation", et bien tant mieux sinon l'État refuserait de valider ce PLU car c'est la loi, rien que la loi.
  • "La protection du patrimoine bocager passera par la mise en place d'outils assurant l'existence d'une agriculture durable", on n'en doute pas d'autant que le schéma de secteur de la CARENE qui s'impose à Pornichet, prévoit déjà d'importants espaces voués à un maintien de l'activité agricole à plus de 20 ans,

A longueur de ce court texte, le maire proclame tout et son contraire dans une logorrhée de poncifs :

  • "l'extension de l'urbanisation se fera prioritairement en continuité urbaine de l'existant", alors pourquoi ouvrir à l'urbanisation le coteau d'Ermur et celui de Villès Mahaut ?
  • "actuellement aucun espace vert important n'est accessible au public", faudrait voir à visiter Pornichet Monsieur le Maire. Forges, Congrigoux, Bois-Joli, Cavaro, Pointe de la Lande... ne sont pas des espaces verts accessibles au public ?
  • "les pôles de quartier seront à renforcer par le biais d'une activité commerciale complémentaire et diversifiée" mais alors pourquoi annoncer dans la pseudo carte de synthèse le fait de "renforcer le pôle commercial Intermarché" ?

Inutile de multiplier plus avant les arguments tant la faiblesse de l'analyse et de la réflexion transpire à toutes les lignes de ce texte bâclé.

Un PADD sincère ?

Lors de sa longue intervention au nom de l'opposition municipale, Bernard Scordia, s'est interrogé sur la sincérité réelle de ce PADD.

Effectivement, la question est posée car, sur les objectifs démographiques, la légère croissance annoncée est impossible à atteindre en respectant l'objectif d'une construction annuelle de logements inférieure à 150 unités comme le proclame le PADD. N'assiste-t-on pas à un effet d'annonce pour endormir la CARENE qui a fait, avec son schéma de secteur, de l'espace Pornichet / Saint-Nazaire, le fer de lance de sa dynamique démographique ?

De même, l'annonce d'une obligation de 30% de logements sociaux dans les nouvelles opérations n'est-elle pas qu'un pis-aller pour calmer la CARENE et son schéma de secteur fondé autour d'une mixité sociale effective ? La question est d'autant plus légitime que les annonces faites pour le lotissement du Pouligou en terme de densité et de formes urbaines rendent extrêmement problématique, en terme financier, la production de logements sociaux.


Pour nous, c'est clair. Si ce PADD est sincère, alors l'équipe Belliot est effectivement incapable de comprendre les principes d'une gestion cohérente de Pornichet et prépare un Pornichet de la décroissance organisé autour de retraités toujours plus âgés. Si ce PADD n'est pas sincère, alors c'est pathétique et honteux.


17 commentaires:

Paul a dit…

Les habitants de Pornichet n'ont pas élu un homme, des individus, des lumières, des idées, un projet! NON, ils ont élu une étiquette: l'UMP!! n'importe qui serait passé avec cette grosse machine de guerre , et n'importe qui est passé! les électeurs secondaires nantais ou parisiens ne connaissent même pas le nom du mec élu! alors le projet (s'il y a?) on est loin de tout ça. Et le pire c'est que l'immobilité c'est bien ce qu'ils voulaient.. Fallait pas laisser (votre promoteur) construire autant de logements secondaires et en faire pour les gens qui habitent ici!!!!!!
Ce sont ces secondaires qui mènent notre vie locale maintenant!

ouf! a dit…

Trop drôle Paul, comme si Pornichet n'était pas, depuis sa fondation, une ville de villégiature.
Les résidences secondaires, aux origines de la ville, y avait presque que cela.
C'est terrible comment on peut nier la réalité et la volonté des électeurs...

paul a dit…

la volonté des 41% d'électeurs de Robert ,n'était-ce pas l'immobilité, le passé? il va être ré-élu les doigts dans le nez (s'il résiste au stress...)parce que c'est ce que les papys et les mamies voulaient! un seul objectif: ne rien faire.
Pas le cas de ce que veulent les actifs, Ouf, je maintiens, s'ils étaient plus nombreux....

Job a dit…

Annoncer, dans le PADD du Maire, une croissance démographique de 1,2% en moyenne(entre 1999 et 2006, ce fut 1,05%)et afficher une construction moyenne de 150 logements/an est une véritable escroquerie intellectuelle.
Pour une croissance de 125 résidents principaux par an (soit 1,2%), il faudrait construire 268 logements/an, avec 40% de résidences principales (données les plus récentes) et 212 logements/an, si le taux de résidences principales nouvelles atteignait 50%.
Comme tout laisse prévoir que la pression des résidences secondaires est loin de s'affaiblir, cela veut dire que les rares objectifs chiffrés du PADD ne tiennent pas la route!
Nous vous encourageons à le dénoncer , lors de chaque réunion publique et de l'enquête publique.

Petite information a dit…

Petite information pour Job

je ne voudrais pas etre désagréable mais il faut quand meme un minimum se renseigner et réflechir avant de s'exprimer.

avant meme de corriger toute cette belle démonstration, je ne m'arreterai que sur le premier point :
une croissance demographique a 1,2 % correspond a une augmentation de 120 habitants par an. (10 000 habitants a Pornichet)
Sur une base de 150 logements par an (si on reste sur un taux de 40 de résidence principal) on obtient 60 logements principaux. je presume que la moyenne basse sera d'au moins 2 personnes par logement... Soit un minimum de 120 personnes de plus par an.

Vous confondez resident et residence.

venez dans les réunions publiques Job, vous allez faire rire tout le monde avec votre escroquerie intellectuelle ...

Pornichet Le Poulpe a dit…

Petite Information,

je laisse Job répondre s'il le souhaite. Cependant, je crains pour Pornichet qu'il ait raison car votre démonstration souffre d'une omission majeure : ce que les démographes appellent la décohabitation : séparation de type divorce, départ des enfants, décès d'un des membres du foyer...
C'est pourquoi, à Pornichet, on atteind à peine 1 habitant à l'année par logement.
Désolé Petite information, mais la démographie c'est un peu complexe, et not'bon maire ne semble pas l'avoir compris...

Petite information a dit…

dans ce cas pour que tout le monde comprenne, il faut rentrer dans les details :

lorsque l'on parle de 150 logements construits, ce sont generalement des couples qui construisent. Rarement suite à un deces, divorce ou depart d'enfant...
Et pour conclure l'information, les 150 logements nouveaux ne seront surement pas a 60 % des logements pour residence secondaire. La crise immobiliere jouant un role régulateur.

Si, et si, les constructions sont de 150 logements par an, alors la croissance demographique sera superieur a 1,2%

Maintenant, allez dans les reunions pour remettre en cause les chiffres des fonctionnaires de la mairie et des cabinets d'étude, bien à vous!

Anonyme a dit…

J2M1P1 a dit :

Pour 10000 habitants permanents, il y a de l'ordre de 5000 résidences principales à Pornichet, et la même quantité de 5000 résidences secondaires.
--> Cela fait donc 2 habitants permanents pour une habitation principale (c'est bien des résidents permanents à l'année dont nous parlons !).
>>> Pour 120 habitants principaux supplémentaires par an, il faut donc construire de l'ordre de 60 logements du type résidences principales et non 120 --> CQFD

Signé J2M1P1 (j'ai perdu mon mot de passe).

lapin a dit…

Je ne suis pas bon en mathématiques ou statistiques mais je comprends que la ville se recentre sur elle même et manque une occasion de se développer ce qui n'est pourtant pas contradictoire avec la néccéssité de protéger son patrimoine.

All'eau a dit…

Urbanisation ou pas urbanisation ?

La question est posée et de nouveau au delà des considérations sociales et urbanistiques associées, restent d'abord les lieux retenus.

Et ce week-end prouve encore une fois que certains lieux doivent rester définitivement vierge de toute urbanisation, vous l'aurez deviné, je veux parler de la zone Hippodrome. Que d'eau, que d'eau !

J'espère que les associations qui combattaient Jacques Lambert sur ce point sauront se faire écouter et pas seulement entendre de Robert Belliot.

Job a dit…

@Petite Information et Anonyme.
Je persiste et signe, car j'utilise les données les plus récentes sur l'évolution de la population et des constructions (résidences principales et secondaires) de notre ville de Pornichet. Il suffit de consulter le site de l'INSEE (je vous y invite!), pour constater qu'entre 1999 et 2006 (période intercensitaire), il y eut 734 résidents principaux supplémentaires et 636 résidences principales supplémentaires, soit un taux moyen (en flux) de 1,15.La population municipale officielle (au 01/01/2009, avec les chiffres 2006) étant de 10 423 (et non 10 000), 1,2% d'augmentation représente bien (la première année) 125 (et non 120). Pour aboutir au chiffre de 268, il suffit d'abord de faire une règle de trois (comme dirait Darcos!), soit 125*636/734 = 108, puis de diviser ce résultat de 108 par le taux moyen de résidences principales dans les logements construits. Sur la période récente, c'était 40% , et alors on arrive à environ 270; avec une hypothèse de 50%, on dépasse 210, et même avec 60%(tel qu'annonçé par l'atelier du Canal, mais peu crédible, étant données les tendances antérieures), cela fait 180, et donc, beaucoup plus que 150.Dois-je ajouter qu'une moyenne de 1,2% , sur 10 ans, cela représente 1320 résidents supplémentaires, et donc en moyenne 132/an (il faut utiliser la formule des intérêts composés : revoir Darcos!). Cela ne ferait qu'accentuer ma démonstration et amplifier le résultat.
Sans rancune pour vos remarques et à votre service pour un débat argumenté.

All'eau a dit…

Avez-vous vu sur Ouest France
http://www.ouest-france.fr/actu/actu_PdlL_-Intemperies-des-routes-fermees-des-inondations-_8620-805852_actu.Htm

et sur la DUP

http://video.google.com/videoplay?docid=-7010759366536250406

Tuyau percé a dit…

Eh oui, même avec Belliot, l'hippodrome reste un "fond de cuve".
Lambert a été viré parce qu'il voulait construire sur l'hippodrome mais avec les sous des autres. Belliot lui veut y construire avec les sous des Pornichetins. Au fou !
On peut se demander qu'elle aurait été la gravité de l'inondation sans le dernier bassin de rétention de lépoque Lambert qui bloque tout de même beaucoup beaucoup d'eau.
La mairie a-t-elle bien géré la situation ? J'ai comme un doute car si les pluies furent abondantes, elles furent assez réparties et les coefficients de marée plutôt bas. Bizarre, bizarre ! est-ce-parce que la mairie n'est pas très à l'aise que personne n'a vu ni entendu le maire ?
Au fait, à chaque fois que l'eau montait, les associations locales attaquaient Lambert et pour le moment rien, si ce n'est la DUP, pseudo association d'un ancien élu de Lambert en mal de reconnaissance. c'est bizarre ?

H2O a dit…

Moi aussi, j'ai un doute, j'ai l'impression que l'on nous cache quelque chose sur la gestion des dernières pluies.
Sur le site http://www.meteo-bretagne.fr/releves-annuels-pluie-membres.php?lieu=44132&annee=2009&typ= j'ai trouvé des relevés pluviométriques sur Pornichet.
On voit que le volume des pluies n'a pas été exceptionnel le week-end dernier, loin de la même. Certes les sols étaient engorgés mais c'est toujours la même chose l'hiver. Moi aussi j'ai constaté le rôle majeur joué par le nouveau bassin de rétention de Pont-Saillant, alors c'est à rien y comprendre sauf à ce que les consignes du Sieur Belliot aient été funestes...

lapin a dit…

Aujourd'hui mardi le bassin de Pont Saillant est à sec alors qu'une bonne partie de l'hippodrome est toujours innondé.
Pourquoi?

La dernière innondation remonte à 2ans. Lors des dernières neiges exceptionnelles à Marseille, le maire Gaudin fustigeait ceux qui voulaient que la ville achète des chasses neige!

A Pornichet pour 3 jours d'innondation, tous les deux ans, d'un hippodrome on investit des sommes considérables dans des pompes et des bassins de rétention qui se vident avant la fin de l'assèchement.
Qui peut m'expliquer?
Ou sont les experts?
S'il y a un reproche a faire aux élu c'est semble t'il de ne pas s'entourer d'expert qualifié.

All'eau a dit…

Soyez plus clairs, quelles consignes funestes? Bloquer les pompes ?
Et non les associations ne restent pas toutes silencieuces, l' APEP , La DUP, cela fait au moins 2.

Caroline a dit…

Les associations dites de défense de Pornichet ne défendent pas Pornichet dans son ensemble. Prosimar n'est constituée en majorité des résidents de Sainte-Marguerite, qui défendent leur bout de quartier.
L'intérêt particulier ne fait pas l'intérêt général, c'est sûrement pour cela que les associations n'étaient pas écoutées.
Personne ne veut de logements sociaux au bout de son jardin, pas forcément à cause de la population qui va y vivre mais parce que cela fait baisser la valeur de sa maison.

Quand toutes les associations auront compris qu'il faut construire des logements pour TOUS, jeunes et vieux, rmistes,ouvriers et cadres, elles seront peut-être un peu plus écoutées même par les habitants de Pornichet.
Arrêtons de croire que Pornichet doit rester telle quelle.
Vous vouliez du tout sauf Jacques Lambert, vous avez eu du n'impote quoi. N'oubliez pas que le nouveau centre de loisirs, le nouveau centre horticole, Quai des Arts,Sportissimo,Les Rencarts,.... c'est Jacques Lambert! Vous n'aimiez pas le personnage mais ouvrez les yeux sur le travail que ses équipes et lui ont réalisé.