lundi 8 septembre 2008

Atmosphère, atmosphère !


Drôle d'ambiance pour la rentrée à la mairie de Pornichet. De mémoire de fonctionnaire, jamais une alternance n'avait provoqué une telle chasse aux sorcières. Le maire, Robert Belliot, agit encore une fois dans la précipitation et l'opacité. Eclairage.

Si le spoil system est une pratique courante aux Etats-Unis qui consiste à "remercier" à chaque alternance les dirigeants de l'administration fédérale ou locale, elle est peu pratiquée en France, pays de la neutralité de l'Administration. Mais à Pornichet, nous avons la chance d'avoir Bob l'Américain, qui, en ancien responsable des ressources humaines d'une usine d'Airbus, manie avec facilité le colt du licenciement express.

75% des cadres au tapis


En 1995, lorsque Jacques Lambert (PS) a succédé à Jean-Claude Empereur (RPR), l'administration municipale, pourtant composée à sa tête de nombreux contractuels, faciles à congédier, n'a pas été modifiée. Seul le Secrétaire général de l'époque a souhaité quitter la commune à l'occasion d'une promotion dans une commune... socialiste.

Avec Bob l'Américain, la musique est différente. En 3 mois, il a viré 3 des 4 cadres supérieurs de l'administration municipale, les seuls agents de la commune exposés légalement à un tel traitement de faveur.

Le Directeur des services, arrivé à Pornichet en 2006 après un parcours oecuménique entre communes de droite et de gauche, a eu le droit à un conseil municipal estival, le 22 août, pour se voir notifier son éviction.

Ce conseil municipal à question unique et convoqué à la hâte avait pour unique objectif de respecter les procédures ad hoc pour ouvrir le poste à un nouveau fonctionnaire, dès le 1er septembre. Sans hésiter, Robert Belliot a indiqué que "l'ancien Directeur général des services a trouvé un autre poste", ce qui, d'après nos informations, n'est pas encore le cas. La vérité est qu'il a été viré.

Basses manoeuvres

Les deux autres cadres tombés en disgrâce l'ont été pour des motifs non explicités publiquement à ce jour par le nouveau maire.

L'un a sans doute eu la mauvaise idée d'être sur une liste de gauche en Brière, dans sa commune de résidence. L'autre a probablement eu tort de diriger depuis 1996 les services à la population et donc d'organiser la construction d'équipements majeurs pour la population comme l'école du Pouligou, Quai des Arts, la médiathèque, le centre de la petite-enfance...

Ironie (ou machiavélisme) de l'histoire, le seul cadre rescapé est un ancien élu communiste d'une commune de Cap Atlantique. Cette "clémence" explique-t-elle l'assourdissant silence des municipaux CGT depuis l'arrivée de Robert Belliot, eux qui pratiquaient régulièrement l'invective publique contre l'ancien maire ?


Après 6 mois à l'Hôtel de Ville, Robert Belliot n'a pas encore fait preuve de sa capacité à maîtriser les principaux dossiers municipaux. En faisant des cadres municipaux les bouc-émissaires de ses insuffisances, le nouveau membre de l'UMP n'honore pas sa fonction et contribue à maintenir l'inquiétude sur sa capacité réelle à diriger avec clairvoyance le destin de Pornichet et de ses habitants.

23 commentaires:

Bigorneau a dit…

Licenciement express écrivez-vous. On peut licencier des fonctionnaires sans faute grave ? Je ne crois pas. Ces cadres ont-ils réellement été licenciés ?

Pornichet Le Poulpe a dit…

A l'attention de Bigorneau.

Pornichet le Poulpe a une exigence de qualité. Son collectif de rédacteurs et d'experts a vocation à garantir la qualité des informations, analyses, points de vue présentées.

Aussi, les informations apportées dans le présent article sont étayées juridiquement.

Pour vous en convaincre, vous pouvez consulter le site suivant : http://www.cnfpt.fr/breves/documents/1187787920findedetachementsuremploifonctionnel2007.pdf

ou lire l'ouvrage à la Documentation Française intitulé : "Les emplois fonctionnels de direction de la fonction publique territoriale".

zorbec le gras a dit…

S'il y a des aspects positifs à la rentrée, c'est bien le retout du poulpe. J'espère que la poche à encre est bien remplie, ça peut et ça doit servir....
Mais oui au fait que fait la CGT municipale, si prompte auparavant à bruler la lettre du Maire d'alors devant la mairie, si prompte à menacer de grève malgré les avancées considérables en termes d'horaires salaires, conditions de travail.....Pffftttt plus rien tout baigne. Comme quoi on peu être cgtiste et etre très tolérant vis à vis d'un patron (fut il UMP) qui manie le licenciement allègrement sans le moindre petit sursaut. Etonnant non ? C'est vrai j'oubliais celà concerne des cadres ceci explique peu être celà.....Personnellement je trouve cette position pathétique. Mais ils sont où, mais ils sont où les camarades ????? La CGT meilleure alliée de l'UMP c'est pas banal mais bon certains s'accomodent de tout ici bas, plutôt bas bas très bas.

bigorneau a dit…

vous n'avez pas répondu :s'agit-il de licenciements?

zorbec le gras a dit…

Virer des cadres, ça veut dire quoi ? Qu'ils n'étaient pas bon ? Qu'ils n'obéissent pas ? Il serait bon d'avoir tout de même des explications. La mairie est elle apte à en donner ?
Bon si on veut derrière annoncer des contre vérités, c'est vrai que c'est mieux quand il n'y a plus de témoins.
En tant que citoyen et ayant eu l'occasion de rencontrer le Directeur des Services, j'ai pu constater son sens incontestable du service public, son honnêteté intellectuelle et sa courtoisie. Alors je dis simplement merci Monsieur Careil, bonne continuation et surtout bonne chance à votre successeur car vous avez mis la barre bien haute. Mais peut être notre Maire ne supportait il pas tout simplement votre intelligence.

NouvelObs a dit…

Au-delà des règlements de compte déplorables auxquels nous assistons, et qui révèlent le vrai visage de Mr. Belliot, quels en seront de plus les impacts financiers sur la commune?

Verlaine a dit…

on pourrait aussi presumer que la cgt se rejouit du depart des ses "cadres". Belliot n'a peut etre fait qu'assainir l'ambiance a la mairie. Celle-ci n'etant pas réputé sous l'anciennne mandature, pour etre un cadre ou il fait bon vivre.

Pornichet Le Poulpe a dit…

Pour répondre à Bigorneau.
Au terme d'une procédure assez longue (9 mois minimum), le fonctionnaire est soit placé dans un placard ("maintenu en surnombre" disent les textes ou alors réintégré sur un autre poste mais lequel ?), soit pris en charge par le CNFPT (l'Assedic des fonctionnaires territoriaux), soit il accepte un licenciement. Néanmoins, dans tous les cas, la collectivité (et donc le contribuable) paie très cher (entre 100 et 500 K€ selon le contexte - cf. pour s'en convaincre des simulations disponibles sur Internet).
Pour Verlaine, gérer une mairie suppose de savoir dire non, d'exiger la réalisation d'un travail de qualité, de gratifier aussi. Des erreurs ont probablement été commises mais qui n'en fait pas ? Demandez-donc aux fonctionnaires de Pornichet dans leur ensemble si leur situation était si terrible avec Lambert. En tout cas, il est normal d'attendre du nouveau maire qu'il agisse en garant de l'intérêt général dans tous les domaines y compris dans celui de la gestion des effectifs municipaux.

NouvelObs a dit…

C'est un sujet d'importance, il serait donc intéressant d'en connaître les détails.
Combien de personnes concernées à ce jour? Leur rôle dans la précédente municipalité? Seront-ils ou sont-ils déjà remplacés à l'identique?
Auriez-vous ces informations et plus ?
Merci en tout cas de la bonne tenue de ce blog, même si votre position est visible, vous ne tombez pas dans le café du commerce, continuez et ne cédez pas aux sirènes de la médiatisation pour la médiatisation. Mieux vaut quelques jours sans intervenir, que de vouloir le faire pour tout et n'importe quoi.

zorglub le blub a dit…

Au vent mauvais a dit Verlaine. N'y aurait-il pas eu un ou deux suicides de fonctionnaires territoriaux sous Lambert, et un gros malaise à la mairie à une certain époque ?

Anonyme a dit…

Au royaume des pourris, il y aura toujours des postulants. Laisser sous entendre l'implication de la gestion du maire dans des affaires personnelles qui ont conduits à des drames est proprement abject. La discussion sur les blogs n'autorise pas toutes les calomnies et toutes les saloperies

Pornichet Le Poulpe a dit…

La réponse "d'anonyme" à Zorglub a le mérite de souligner la nécessité sur un blog de modérer les commentaires. Nous avons longuement hésité avant de laisser passer le message malodorant de Zorglub. Nous l'avons mis en ligne dans l'espoir que d'autres que nous expriment leur rejet de tels propos réducteurs et abjects.

Notre blog a une exigence de qualité aussi sommes nous décidés à bloquer les expressions inacceptables ou le cas échéant à les reformuler. Le débat démocratique suppose le respect de règles minimales, nous comptons bien le rappeler autant que faire se peut.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

il serait bon de rappeler au poulpe et autres mollusques qu'un syndicat est un outil au service des salariés et que les revendications ne se font qu'à partir de celles des salariés.Or, il apparaît qu'après des années de totalitarisme, les employés de pornichet se seraient habitués a courber l'échine. cette culture c'est pas la cgt qui leur a apprit mais l'ancienne municipalité de part sa gestion des ressources humaines plus que douteuse. Par ailleurs ces cadres ont cette culture du va-et-vient électoral et semblent ne pas en souffrir, leur salaire leur laisse surement le temps de voir venir le futur contrairement au simple cantonnier qui a du mal a bouclé ses fins de mois. Néanmoins la cgt est prête a recevoir ces personnes si elle souffre de pressions ou d'autres problèmes.Il faudrait quand même pas se tromper d'adversaire!

Anonyme a dit…

Il me semble moins clair que ça que le personnel se soumet! c'est vrai que certains en avaient assez de la calamiteuse gestion du personnel et l'incapacité à les rentabiliser: par exemple plus de chefs que d'agents et plus de bras que de boulot!!!
Mais je crois savoir pour avoir dans ma famille du personnel [communal - NDLR :le terme a été modifié pour éviter toute identification], que la grande prétention et le mépris des ces élu(e)s ne passe pas bien, en particulier celles de ces dames "je sais tout et je comprends pourtant rien"..à la Darcos et sa règle de 3..mais je confirme ce qui est écrit sur le fait que plusieurs de ces gens ne supportent pas bien l'excés d'intelligence d'autrui. Je pense que d'ici quelques mois, on verra les résultats.

Pornichet Le Poulpe a dit…

A l'attention de l'anonyme (cégétiste ?)

Le Poulpe a aussi une culture syndicale et il n'ignore rien de la Charte d'Amiens, fondement de l'indépendance syndicale. Il aime voir un militant CGT donner des leçons en matière d'indépendance syndicale...

Sur le fond, le ton de ce commentaire est éclairant de la cécité de certains. Il dépeint la gestion des ressources humaines sous Lambert comme un enfer absolu. Est-il nécessaire de rappeler que plus d'une centaine de nouveaux fonctionnaires ont rejoint la Ville de Pornichet cette dernière décennie pour répondre aux besoins dans les services à la population ? Est-ce nécessaire de rappeler que les organisations syndicales étaient absentes de la mairie avant l'arrivée de Jacques Lambert ? Est-il nécessaire de préciser que l'accord 35 heures de Pornichet sert de référence à tous les syndicalistes territoriaux de notre région ? Est-ce nécessaire de rappeler les mesures prises en terme de sécurité et de conditions de travail ? Est-ce nécessaire de rappeler que la NBI (bonification indiciaire) accordée à de nombreux fonctionnaires pornichétins fait beaucoup d'envieux dans d'autres collectivités ?

En fait, certains, et les commentaires peu amènes sur les cadres municipaux sont explicites, n'ont jamais accepté que la préférence familiale disparaisse de la politique de recrutement de la commune, ils n'ont jamais accepté que le renforcement de l'encadrement induise une connaissance plus fine du travail effectivement effectué, ils n'ont jamais accepté que des pratiques historiques (utilisation du matériel à des fins privées, alcool sur le lieu de travail, heures supplémentaires excessives...) soient sévèrement encadrées.

Comme dans toute organisation, la question des RH est sensible et passionnelle car elle suppose des intermédiations diablement humaines (hiérarchie directe, DRH, élus...) et donc faillibles. Reste qu'avec Jacques Lambert, jamais la place du service public n'avait été aussi forte à Pornichet.

Petite-enfance, centre de loisirs, eau, assainissement, ordures ménagères... autant de missions exercées par des fonctionnaires et non par des sous-traitants précaires et mal payés. Toutes les communes entre Loire et Vilaine ne peuvent pas présenter le même bilan. Récemment encore, la municipalité, alors de gauche de Pornichet, a choisi d'organiser sa restauration collective sous la forme d'une cuisine centrale avec exclusivement du personnel municipal malgré la danse du ventre des grands groupes de la restauration collective.

Certains agitent des rumeurs, multiplient les amalgames nauséeux, instrumentalisent des drames humaines, d'autres agissent avec la conviction que service public peut rimer avec efficacité et solidarité. Une question d'attitude...

cousteau a dit…

Lors de changement de majorité d'une collectivité, il n'est pas rare que certains cadres demandent à partir naturellement, d'eux même, ou bien qu'on leur demande de quitter leur fonction. Mais la méthode compte avant tout : pour demander à un cadre de partir, cela doit pouvoir se faire dans des conditions humaines acceptables. Ils doivent avoir le temps nécessaire de retrouver un poste à leur niveau de compétence, et régler au mieux les difficultés familiales inévitablement liées à leur départ. or, si ces conditions sont remplies, le cadre peut se sentir un peu moins floué et continuer à travailler pendant cette période relativement sereinement. Mais Belliot, dès son arrivée a demandé aux cadres de partir, ne les connaissant même pas,ne prenant même pas le temps de discuter avec eux, ne s'appuyant sur aucun argument de projet de service. Pour la simple et bonne raison qu'ils ont travaillé avec Lambert, Belliot leur demande donc de partir. Il est évident que garder pour l'instant le DST service technique, est une tactique pour ne pas mettre le feu au poudre trop rapidement, s'alliant par la même la cgt et les agents ( le plus gros bataillon de la ville). Mais lui aussi partira, une fois son sort régler ( départ en pré retraite, ...que sais-je), Il cachera la vérité ou négociera des mesures avec la cgt et j'en passe..
Concernant le DGs, il me semble difficile d'accuser Lambert de l'avoir recruter pour des considérations politiques, celui-ci a été recruté sur des bases de compétence uniquement administrative par l'intermédiaire d'un cabinet de recrutement. L'aspect politique des choses ayant été confié au directeur de cabinet , recruté quelques mois auparavant,ceci pour distinguer clairement les choses. On ne peut donc pas accuser les directeurs ( à part le directeur de cabinet) de servir la vie politique du maire, ils ont servit uniquement la municipalité et mis en place les projets de l'ancienne majorité. Par contre, Belliot, lui veut renforcer et surtout fagociter l'administration par des nouveaux agents sortis tout droit de la cuisse de l'UMP car ce parti en a des cadres à replacer... J'attends de voir avec hélas, trois fois hélas, une certaine délectation la nouvelle organisation. Elle sera à l'image du nouveau maire sans aucune direction !

Georgette B a dit…

Voilà COUSTEAU, exactement la réalité! quand elle est menée avec intelligence la mutation des fonctionnaires se passe en douceur: intelligence et doigté et respect des valeurs humaines. Ce n'est pas la priorité de cet ex-DRH (ou assimilé)..Allez vous rendre compte sur le blog du petit Arthur du Modem Pornichet des "persécutions" initiées à l'encontre des soutiens de Gallerneau qui ont cru nécessaire de s'éloigner de leur propre parti!!! c'est incroyable, en 2008! Ils "nettoyent" l'UMP comme les services municipaux! Vergogna! ça peut pas durer...gare!

ingénu a dit…

Georgette
Je crains que ce que vivent actuellement quelques adhérents de l' UMP soit un sujet qui n'intéresse pas notre Poulpe et qu'il nous le fasse savoir....
Pour ce qui me concerne, je trouve que vous faites bien d'en parler, je ne l'ai pas fait pour les raisons que j'invoque plus haut....
Vous avez raison dans vos propos à un détail près,c'est que les adhérents en question ne se sont pas "éloignés de leur parti" ils ont simplement refusé de soutenir un homme qui ne correspondait pas à leur vision de la démocratie, d'autant plus légitimement que l'investiture du candidat s'était déroulée dans l'irrespect total des règles statutairement fixées.
Leurs convictions politiques n'ont donc probablement intactes
Et puisque vous en parlez, j'aimerais aller plus loin en soulignant le fait que la demande d'exclusion de cette poignée d'hommes et femmes à été orchestrée par l' équipe Belliot au travers d'une pétition adressée au Président de l' UMP départementale.
Je vous livre aussi mon sentiment que cette même pétition adressée en d'autres temps à des gens comme Doriot, Laval , Papon et bien d'autres n'aurait pas manqué d'envoyer les "accusés" au peloton d'éxécution....
Voyez vous, l'humanité n'est pas prête de changer.

NouvelObs a dit…

Il va falloir suivre de très près le tableau des effectifs.
Si on pouvait avoir AVANT et APRES cela éclaircirait le débat.
Pas les noms, mais les fonctions et nombre par fonction.
Le débat sur le management de l'ancienne équipe, n'offre que peu d'intérêt maintenant.
Ce qu'il faudrait savoir c'est ce que pense l'anonyme CGT sur le management actuel. Après 6 mois il devrait être capable de dresser un premier bilan. Les cantonniers sont-ils mieux payés? Les "familles" sont-elles de retour?
Pour ce qui est des futurs cadres UMP,il est peut-être un peu tôt pour en juger, mais le point méritait d'être soulevé, avec la question sous-jacente: Parmi les cadres de l'ancienne équipe qui était encarté socialistes?

Luidu44 a dit…

Pour ce que j'en sais (et j'en sais pas mal) la gestion des ressources humaines de la municipalité dite socialiste de potnichet s'apparentait plus à une gestion de type "front national" tel qu'elle a existé à Orange, qu'a une gestion de gauche. Des avancées ont certes eu lieu, mais elles n'ont pas occulté le mépris et le manque de respect de certains élus et cadres d'alors. Le respect ça se gagne, et la nous avons été loins du compte !!!

Pornichet Le Poulpe a dit…

A l'attention de Luidu44.

Nous avons laissé passer votre message malgré son odeur putride. Ce blog se veut sérieux, étayé, argumenté. Votre message est simplement nauséeux et pathétiques, à moins que vous ne soyez capable d'apporter des faits qui pourraient justifier a minima vos outrances.

Anonyme a dit…

Bonjour,j'ai un ami qui travaille au sein de cette mairie et en attendant, il trouve très agréable de voir enfin un maire capable de répondre aux simples bonjours de ses propres employés!! le précédent lui ignorait les simples bases de la politesse, se prenait'il pour un roi avec ses sujets???