mardi 16 septembre 2008

Le grand bond... en arrière


Avec Robert Belliot le pire est trop souvent certain. Adepte du seul contre tous, Robert le DRH décide de modifier l'organisation des services municipaux pour revenir à la situation des années 1980. Avec Robert Belliot, c'était mieux avant...

Robert Belliot, ex responsable des ressources humaines d'une usine d'un groupe peu favorablement connu pour la qualité de son organisation, renvoie Pornichet au début des années 1980. Il gomme la structuration des services municipaux développée progressivement par MM. Empereur et Lambert.

Robert a dit

Robert a dit : " à quoi çà sert les DGA ?". Résultat, le nouveau directeur des services n'aura plus de directeurs généraux adjoints (DGA) pour l'épauler dans le fonctionnement de la collectivité. Les cadres intermédiaires, dont la fonction première est de gérer le quotidien de la commune, seront dorénavant les interlocuteurs direct de ce super nouveau chef. Après Bob l'Américain, place à DG Superman.

Ce surhomme de la fonction publique va devoir gérer une commune de 10.000 habitants permanents et de 250 fonctionnaires comme le faisait son illustre prédécesseur des années 1980 à l'époque où Pornichet comptait 6.000 habitants et 80 fonctionnaires. Bon courage !

Cette organisation irresponsable va priver Pornichet des compétences stratégiques nécessaires au fonctionnement de la commune et noyer cadres et techniciens dans une débauche de missions incompatible avec leur charge de travail et leur niveau statutaire de responsabilités.

Robert a toujours raison


En expert ès ressources humaines, le maire de Pornichet a décidé de se différencier de toutes les communes comparables en renouant avec une organisation qui existe encore parfois dans les petites communes.

La complexité des dossiers à gérer au quotidien, la nécessaire fonction prospective et stratégique de l'Administration locale, le besoin d'un travail permanent de veille... ne semblent pas sauter aux yeux du nouveau maire de Pornichet. Depuis le début de son mandat, il donne le sentiment de ne pas avoir réfléchi sur ce qu'est une commune et qu'elle est la fonction de maire. Le fait de décapiter la haute hiérarchie de l'administration municipale illustre son incapacité à se mettre au niveau des enjeux.

Au final, avec l'organisation des services municipaux imposée (sans aucune présentation en Conseil municipal naturellement) par le bon vouloir de Robert Belliot l'inquiétude est réelle. Il est à craindre que le quotidien de la commune sera de moins en moins bien géré et Pornichet moins présente auprès d'institutions majeures (Carene, Sous-Préfecture, services de l'Etat, du Département, de la Région...).

MM. Empereur et Lambert voyaient Pornichet comme une commune du niveau de La Baule ou Guérande, Robert Belliot lui veut positionner Pornichet au niveau de Batz-sur-mer ou de Trignac. Affligeant.

4 commentaires:

zorbec le gras a dit…

Même si je ne suis pas fan de R.B. (euphémisme) je pense qu'il est de son droit de mettre en place une structure qui lui paraît adaptée à la situation voire à ses ambitons. Je ne parle pas bien sur de la méthode employée, abjecte, avec l'assentiement, semble t-il des organisations syndicales observant un pudique silence navrant.
Ce Monsieur est donc fondé à mettre en place l'organisation lui convenant ce qui aura le mérite de le mettre en situation d'assumer succès ou échecs sans pouvoir dire c'est la faute à Lambert. Je partage l'avis du Poulpe sur la vision de MM Empereur et Lambert et de leurs ambitons pour Pornichet. Si R.B. pratique ainsi c'est pour se démarquer de ses prédécesseurs et appliquer ce qui se pratique dans les grands groupes industriels faire "soit disant plus" mais avec moins de monde toujours moins de monde. Seul le résultat économique compte. Quant aux femmes et hommes, conditions de travail, qualité du travail tout se dégrade, tout s'effiloche doucement. Alors si R.B. a choisi cette stratégie, libre à lui. Mais au final ce seront les citoyens, tous, qui paieront la dégradation des services. Avez vous remarqué la baisse d'entretien de certains espaces verts ? Moi si. Cherchez c'est pas top compliqué. Ce que j'attend maintenant ce sont des constats, des analyses tangibles sur les dossiers en cours et sur les conséquences des décisions prises. Genre Aérodrome, Office de tourisme, politique salariale....Il y aura surement beaucoup à dire et surtout beaucoup de questions précises à poser en conseil municipal et tant pis (ou tant mieux) si faute de compétences il n'y aura pas de réponses...Comme d'hab.

Dylan a dit…

La réduction du nombre de niveaux hiérarchiques est appliquée dans un souci de performance d’efficacité et d’amélioration des relations humaines depuis plus de vingt ans dans le privé. On voit bien que les fonctionnaires socialistes tombent des nues en découvrant que des schémas d’organisation moins couteux pour les administrés peuvent être mis en place.
C’est finit l’armée mexicaine et les structures prolifiques.
Car quand même on rêve ! Ou voit-on dans le privé pour des effectifs équivalents autant de Directeurs Généraux, et des Directeurs Généraux Adjoints…. !!!!
On attend du talent et de l’efficacité, pas de la structure.

NouvelObs a dit…

Je rejoins Zorbec sur le fait que R.B devra assumer cette décision.
Sur l'efficacité de cette nouvelle organisation, je ne demande qu'à voir. Mais de là à dire qu'une telle politique ait amélioré les relations dans le privé, alors là c'est tout vu. De plus chez EADS et autre grand groupe c'est plutôt dans la base des pyramides que les "coupes " se sont fait, avec en plus du doublon dans la hiérarchie. Et on en a vu et on voit le résultat pour EADS et d'autres groupe de même taille.
Donc si R.B. fait le contraire à la mairie, et que cela marche, alors là bravo, mais à mon avis cela relève du pari, basé sur la simple analyse 80/20 de la masse salariale, et non pas d'un génie quelconque dans les relations humaines. Je note au passage que Le Poulpe lui souhaite bon courage, c'est fairplay.
Et du courage il va lui en falloir, parce que à la place qu'il occupe aujourd'hui R.B. ne doit pas penser uniquement RH s'il veut réussir, mais aussi "administrés", qui ont le droit à de vrais services au présent.
Il doit aussi gérer le futur et le développement de Pornichet.
Hors quand on est RH dans le privé, pas beaucoup de sueur en dehors des périodes de négo. salariales et de grêves.Et quoiqu'on en dise ce n'est pas si fréquent (les deux événements sus- cités), mais peut-être cela va-t-il changer sur Pornichet?

P.S:Le Poulpe: Merci pour les infos, on n'en n'avait pas tant sous la précédende municipalité.

Anonyme a dit…

Cette nouvelle organisation avec une direction générale recentrée autout d'un seul cadre de direction est symptomatique de la vision qu'a RB de son rôle.

Vous n'avez pas encore compris. RB n'a besoin de personne pour l'aider, le conseiller dans sa prise de décision. RB sait tout. Il est capable de tout gérer tout seul.
Des DGA en plus du Directeur des services? Mais alors à quoi serviraient les élus adjoints?
RB n'a toujours pas compris que la mairie, ce n'est pas Airbus, que la gestion publique est autrement différente que la gestion privée, qu'il faut des professionnels de l'action locale pour aider dans la conduite des services et des projets du mandat.
Non, non, les cadres de direction ne doivent servir qu'à exécuter les décisons prises par lui. Pour cela, c'est vrai qu'il n'est pas besoin d'avoir une Direction étoffée. Un seul cadre de direction suffit. Il y a des adjoints(élus) pour également faire le travail.
Il semble d'ailleurs que le bureau du DGS ait changé. Il était auparavant à côté du bureau du Maire. Il serait maintenant à l'étage du dessus, le 1er étage étant celui du niveau politique (maire + directeur de cabinet). Si c'est vrai,le symbole est fort.

Le résultat, on le voit. Des dossiers devant le Conseil Municipal mal ficelés. Une politique de RH inexistante. Le clientélisme est la règle avec des syndicats muets: probablement par peur pour certains syndiqués; pour d'autres, une satisfaction sur les premiers départs en attendant les autres.

Bref, il semble selon les échos entendus auprès des cadres intermédiaires, c'est l'ambiance à la mairie de Pornichet.

Il est vrai que la situation actuelle va évoluer. Le Directeur des services est sur le départ, son successeur n'est arrivé que depuis le 1er septembre.

Sujet à ressortir dans quelques semaines.