vendredi 30 octobre 2009

Du goudron et des plumes

Pornichet, ses plages, ses animations, son offre culturelle et... son amour du bitume frais. Comme signe de bienvenue aux touristes qui "consomment" Pornichet durant les vacances de la Toussaint, Robert Belliot leur propose une recette locale : la déviation.

Du jamais vu ou presque. Incapable d'organiser dans le temps les chantiers de voirie dans la ville de Pornichet, Robert Belliot a décidé de pourrir les vacances des Pornichétins de toujours ou de passage en bloquant l'essentiel des voies principales.

Amateurisme coupable

Si vous aviez aimé la fermeture du rond-point de l'hippodrome le week-end du 15 août pour des travaux lancés sans autorisation préfectorale, Robert Belliot va encore vous ravir avec son programme de travaux de la Toussaint 2009.

Avenue de la plage, fermée. Avenue de la Victoire, fermée. Avenue de la Poste, fermée. Place de la Poste fermée. Giratoire de l'hippodrome, partiellement fermé. Avenue Flaubert, fermée. Avenue des Hirondelles, fermée. Avenue Gambetta, fermée. Parking du 8 mai, fermé. Avenue de Gaulle, ponctuellement fermée, On se croirait dans une station de ski devant le panneau des pistes un jour de blizzard.

L'amateurisme coupable du maire, complété par une suffisance qui ne lui permet plus d'entendre d'autres voix que celle des courtisans, précipite Pornichet dans un imbroglio circulatoire et donne une piètre image de ville touristique.

L'absence d'un maire-ajoint en charge du tourisme, la soumission vénale au pollueur des plages pornichétines qu'est Total, la relégation au fond de la classe de l'office du tourisme dans l'organisation municipale, le fait que le budget de l'Office du Tourisme soit mis à contribution pour les plaisirs superfétatoires du maire (réception de la Barquera, réception à l'hippodrome, animations de copinage, gestion du panneau lumineux d'entrée de ville à la gloire du premier édile...), la position du maire sur le devenir du port d'échouage... tout cela inquiétait sur l'attention effective portée par le maire à la clientèle touristique.

Le capharnaüm engendré par les travaux en tout genre, conduits cette semaine, démontre jusqu'à l'absurde l'affligeante incompétence du maire. Il est loin le temps où Jacques Lambert exigeait de ses services une organisation des chantiers respectant le calendrier scolaire. Aujourd'hui, le touriste semble plus être appréhendé comme un gêneur. Robert Belliot ne comprend pas que l'ambition touristique induit d'intégrer l'attente du client, de chercher à rendre le plus agréable possible son séjour. C'est facile de s'auto-proclamer défenseur du petit commerce local, il est autrement plus difficile de gérer correctement sa ville au mieux de ses intérêts touristiques.

Ce type de gestion se paiera immanquablement dans la durée, et Robert Belliot ne devra pas se contenter de serrer les mains dans les bistrots de Pornichet, il devra aussi rendre des comptes sur ses méthodes.

Fuite en avant

Dans le petit monde du BTP local, on se frotte les mains devant les méthodes Belliot. Sa Suffisance a décidé de jouer au Père Noël avant l'heure en saucissonnant joyeusement les chantiers. Un peu de bitume par-ci, un peu de trottoirs par là, une dose d'asphalte ici, du "point à temps" ailleurs... il y en a pour tous et tout le monde peut se goinfrer sur le dos du contribuable pornichétin.

Si le BTP sourit, c'est aussi parce qu'il profite à plein des légèretés de Sa Suffisance. En signant, le 27 février dernier, avec son pote Devedjian, un engagement à dépenser rapidement la jolie cagnotte laissée par l'équipe Lambert, Robert Belliot a mis Pornichet dans une seringue. Soit la mairie gaspille à tout va sans regarder à la dépense, quitte à faire des travaux sur des voiries appartenant à un promoteur immobilier (c'est ce qui vient de se passer sur l'avenue des Hirondelles dont une partie seulement est à ce jour publique comme le confirme le cadastre), soit elle doit rembourser les avances de l'Etat.

Sacré dilemme pour un élu républicain, pas pour Robert Belliot. Bien lancé avec son projet d'hippodrome qui coutera l'équivalent de 6 ou 7 années d'excédents budgétaires aux Pornichétins, Robert Belliot semble avoir raison perdue, tout à sa névrose de satisfaire les ménagères de plus de 80 ans qui lui réclament toujours plus de goudron frais. Et comme cela ne suffira pas pour tenir les objectifs, Sa Suffisance multiplie les chèques pour des sanitaires publics et un local de police à la gare, des panneaux électroniques en centre-ville, des sanitaires publics à côté de l'office du tourisme, un passage public à Saint-Sébastien... ce n'est plus de l'action mais de la frénésie dépensière. S'il est légitime de pourvoir sa ville en équipements divers, il est au moins aussi important de maîtriser ses dépenses et de les adapter à ses ressources.

Avec Robert Belliot à sa tête, de nombreux observateurs craignaient que Pornichet n'entra dans une longue léthargie. Ils se sont lourdement trompés. En fait Pornichet vit un dernier sursaut, agité de spasmes désordonnés, avant de sombrer dans un coma financier qui pourrait être irréversible... Belle performance du sorcier Belliot, qui a transformé en quelques mois une commune dynamique et bien gérée en un malade perclus de dettes et de charges fixes insurmontables.

18 commentaires:

Anonyme a dit…

L'une des mesures du plan de relance, inscrite dans la loi de finances rectificative pour 2009, a été de proposer un versement anticipé du fonds de compensation pour la taxe sur la valeur ajoutée (FCTVA) pour les collectivités qui investiront au moins un euro de plus en 2009 que sur la moyenne des années de référence (2005 à 2007).
Pour rappel le FCTVA qui date de 1975 est un remboursement de l'Etat sur les dépenses d'investissement des collectivités éligibles à la TVA. Versé avec un décalage de deux ans, il apparaît comme une « dette » de l'Etat envers le secteur local et non comme un cadeau.
Le Maire, pour bénéficier d'un remboursement anticipé de la TVA (normalement il faut attendre les deux ans de décalage entre la dépense et le remboursement) et alors même que le budget de la collectivité, équilibré n'en avait aucunement besoin, s'est engagé (la signature avec Devedjian ça fait chouette!) à dépenser non seulement la cagnotte laissée par l'équipe précédente mais même plus !! et comme beaucoup de collectivités qui se sont laissées embarquer dans ce deal au nom du plan de relance et bien il faut pour respecter l'engagement et vite vite faire des travaux avant la fin de l'exercice budgétaire!!
Le gouvernement se félicite du succès des conventionnements sur le remboursement anticipé du fonds de compensation pour la TVA (FCTVA), « mesure majeure du plan de relance », selon Alain Marleix, secrétaire d'Etat aux Collectivités territoriales. Haha peut être qu'ils pourraient venir faire un tour à Pornichet les ministres pour voir qu'à la Toussaint , on relance en effet les grands travaux!!!

mon tout petit ami a dit…

Un vrai bordel!! On y retrouve cette volonté du tout voiture, et au nom du confort pour ses habitants, nous voilà t'y pas que je vous refais toutes les rues de notre belle cité. Il faut dire qu'il est malin ce Belliot, car du temps de Lambert, c'était la critique la plus forte qui lui était faite : la voirie. Des halles du marché toutes neuves, on s'en fout, une médiathèque, on s'en fout, Quai des arts, on s'en fout, L'école du pouligou et son centre de loisir attenant, on s'en fout, une offre culturelle exceptionnelle, on s'en fout, un projet de ville ambitieux, on s'en fout. Ce que l'on veut, c'est pouvoir rouler avec nos 4x4 (ou nos minis) sur des routes propres et faire marcher mamie sur des trottoirs lisses (alors que mamie, elle aimerait certainement mieux marcher dans des rues piétonnes). Bientôt les parkings au pied de la plage, et tout ça avec le soutien des assos de « défense de l’environnement » (le stationnement sauvage l’été, surtout devant chez moi, quelle plaie !!!). Cette schizophrénie entre la « fibre » écologique des pornichétins et leur volonté de confort extrême me fait faire un parallèle avec une réflexion d’une maman de Pornichet. Lors de la grève des enseignants qui se plaignaient de la réduction des effectifs dans l’éducation national, elle me disait : « vraiment ces profs, tous des fainéants, comment je vais faire garder mes mômes, c’est scandaleux, etc.… »… et à la rentrée, la même maman : « c’est incroyable, mon fils est dans une classe de 35 élèves, comment vont pouvoir sans sortir les enfants dans des classes aussi chargées ». Un vrai bordel je vous dis…

Anonyme a dit…

Il est certain que la précipitation est pour le moins suspecte , même si la maintenance du réseau laisse à désirer depuis longtemps et justifierait un vrai plan à court et moyen terme.
Tous ces travaux, transpirent encore une fois le "Tout Voiture".
Mais que faire ? Sinon , comme vous le faite de dénoncer et veiller à faire respecter la transparence.Helas il est élu !

Anonyme a dit…

Et qui s'en plaindra !
Ces travaux de revêtement routier ne sont pas sexy, c'est un fait. Mais l'état de nos rues avait été TOTALment négligé par la municipalité précédente.
Nous parler des touristes au mois de novembre, faut pas non plus exagerer. Y en a pas beaucoup. Mais il y a des résidents secondaires.

Paulette a dit…

J'espère que place de la Poste on va nous faire un petit terre-plein fleurit.
Et à propos, que la CGT retire ses pubs sur les vitres de cet établissement public!

Pour le stationnement des vélos, c'est la continuité. Le "mobilier urbain" choisit par la précédente municipalité est toujours adopté et se caractérise par une laideur à vous dégouter de faire du vélo.

Anonyme a dit…

Hé! Paulette

Que tu le veuilles ou non camarade, le droit de se syndiquer est un droit constitutionnel.
On autorise bien le droit d'affichage au FN.
Un peu de tolérance ma Paulette.

Paulette a dit…

L'âne aunyme qui parle de tolérance devrait commencer par éviter de se ridiculiser en interprétant des propos que je n'ai pas tenu et discerner entre droit et terrorisme syndical.
Le parallèle évoqué entre le FN et la GGT illustre donc bien les dérives sectaires et de ces deux mouvements extrémistes...et la stupidité de (certains) de leurs apôtres simplets.

Anonyme a dit…

Exact, il dépense sans réfléchir....comme un enfant a qui l'on donne de l'argent pour la première fois.
Des toilettes, des panneaux, du goudron...et un nouveau local de police qui voit la fermeture du poste central de la commune place du marché, le marché qui est l'activité sociale la plus importante de la commune....la police a t'elle fait une bêtisse pour être punie à la gare ou est elle sur le quai de cette gare pour filtrer les arrivants...arrivants plutôt agés, ayant une position sociale de choix et ayant sa carte au bon parti politique...nous, on ne veut que des gens biens.
Le tout voiture va disparaître car il y aurait dans l'air de l'horodateur avenue Degaulle....tuons aussi le commerce dans cette rue. De toutes façons, tout est bon pour taxer et récuperer de l'argent. D'ailleurs,les avenues qui ont été refaites ont du l'être pour mettre un stationnement payant.
l'avenir nous le dira....même si j'ai l'impression que pornichet n'est pas tournée vers l'avenir mais vers le passé.

Anonyme a dit…

Terrorisme syndical !! Comme tu y vas camarade Paulette.
Si FN et CGT se ressemble alors comment caractériseras-tu le FN, parce-que pour moi du terrorisme politique c'est la dictature.
Hors , sauf erreur il existe plusieurs partis politique et plusieurs ( trop sans doute) syndicats. Mais peut-être est-tu de celles et ceux, qui sont pour le droit de grève ,"... mais faut pas que cela me gène, et que je puisse partir en vacances..."
P.S : evite les jeux de mots insultants si tu veux que je continue à débattre.

facteur a dit…

D'accord, il souffrir pour ètre belle, c'est bien connu....mais trop, c'est trop.
Pour supporter toute les contraintes liées aux travaux, et aux interdictions de toutes sortes, il faudrait au moins avoir quelques explications minimum sur les choix, et le pourquoi des choix. En clair, les buts recherchés, et les objectifs à atteindre. Au moins, pourrions-nous faire preuve de patience, et partager - de plus ou moins bon coeur- les contraintes imposées. Mais, rien de tout celà. La transparence affirmée haut et fort s' arrète à la présence de panneaux d' interdiction, de stop et tutti quanti.
Quant àux couts de ces opérations, et à lrue financement, l'addition risque d'ètre salée, voire insupportable pour le contribuable pornichetin moyen.

Pornichet Le Poulpe a dit…

Triste image de la démocratie offerte ce soir par le Conseil Municipal de Pornichet et son maire, qui a odieusement cherché à faire porter la responsabilité de dégradations opérées ce week-end dans la commune aux divers blogs citoyens qui suivent avec vigilance l'action municipale.

Pour Robert Belliot, pointer sur le Net les affaires pas toujours claires de la commune de Pornichet serait une "incitation à la haine" pas moins.

Décidément, on savait que Robert Belliot n'avait pas pris la peine, avant d'entrer en fonction, de réfléchir à ce que signifiait la fonction de maire, mais tout de même.

Finalement, on peut comprendre Robert Belliot, Pornichet serait tellement plus simple à diriger si tous les citoyens avaient eu l'intelligence des Prosimar, Phare, DUP et autres PEP de rentrer bien gentiment dans le rang moyennant quelques strapontins ou honneurs individuels.

Désolé, Monsieur Belliot, Pornichet ne vous appartient pas et l'opposition à votre néfaste politique grandit, l'audience croissante de notre blog en constitue une illustration parmi d'autres.

Pornichet Le Poulpe continuera son action d'aiguillon et de vigilance citoyenne avec le ton caustique qui est le sien, n'en déplaise au Maire de Pornichet.

les rédacteurs du Poulpe

Anonyme a dit…

C'est sur que les qualificatifs et le ton utilisés sur ce blog sont de la plus grande dignité !
Vous vous moquez de qui mollusques ?

Anonyme a dit…

Est-ce vrai que M. Belliot lors de son intervention sur l'écran brisé, aurait déclaré "..ne pas porter plainte cette fois-ci .."?
Si c'est le cas qui va payer la casse ?
Et va-t-il attendre que cela se reproduise, quel qu'en soit l'auteur (bipède ou vent)?
Ou a-t-il simplement peur de voir avec le concepteur du produit pourquoi son joujou est dans cet état ?
Décidemment , une gestion qui est en dessous de tout.

Et quand est-il de Mme Garçon qui disait supprimer du papier avec ce type d'écran? Ma boite aux lettres ne désemplit pas pour autant.On reçoit toujours autant de brochures aux louanges dithyrambiques à la gloire de l'équipe en place.

Vanités, vanités...

diogène a dit…

On aurait aimé que Mr Poulpe ne condamne pas uniquement les propos malveillants du Maire sur les blogs mais aussi et surtout le vandalisme du panneau lumineux.

Poulpy a dit…

Anonyme a dit...

"C'est sur que les qualificatifs et le ton utilisés sur ce blog sont de la plus grande dignité !
Vous vous moquez de qui mollusques ?

3 novembre 2009 10:55"

Pouvez-vous nous éclairer sur les passages que vous trouvez "indignes" sur ce blog.

Anonyme a dit…

Pour rebondir sur les propos de ceux qui critiquent assez rapidement l'arrivée des horodateurs dans la rue principale, de mon coté c'est un commerçant de cette rue qui m'a expliqué que eux (les commerçants) attendent ça depuis longtemps. peut-être pas tous, mais certainement une majorité.
Simplement qu'avec l'heure ou la demie-heure (je ne sais pas) gratuite, cela permet aux client d'aller acheter chez les commerçants en se garant dans la rue, et cela obligera les commerçants négligeants à laisser les places vides pour les clients.
je ne suis pas commerçant, mais j'avoue que cette logique me plait bien, rien à voir avec une ville qui s'endort.

Anonyme a dit…

Connait-on la cause du bris de la vitre géante de ce panneau? Est-ce du vandalisme, le vent qui a soufflé fort ces jours-ci ou un défaut? Si le maire est convaincu que c'est du vandalisme, pourquoi il n'a pas porté plainte?

Mollusque a dit…

Diogène

Si vous dites vandalisme , c'est que vous avez des preuves. Ou sont-elles, et pourquoi le Maire ne dépose-t-il pas plainte? Il en a eu pourtant l'habitude pedant la campagne.
Corollaire : si pas de plainte, pas de vandalisme, si pas de vendalisme, pas de condamnation a attendre sur le blog.CQFD!